slipkornt

Where Is The Truth?

Mercredi 2 novembre 2005 à 21:32



L'AFFAIRE DES UMMITES


CES VISITEURS EXTRA-TERRESTRES


de 1950 à nos jours.


1) Introduction


Un message émis par la Terre aux premiers temps de la radio en 1934 aurait été reçu en 1949, soit 15 années plus tard par les habitants de la planète UMMO. Les Ummites grands explorateurs de la Voie Lactée décident après plusieurs mois d'observation d'envoyer sur Terre un corps expéditionnaire de quelques individus dont le vaisseau spatial atterrira, pour la première fois, le 28 mars 1950 à 4h17 TMG dans les environs de Digne dans les Alpes de Haute-Provence.


2) La genèse de l'affaire.


De là les Ummites vont essaimer un peu partout en particulier en Allemagne de l'Ouest, en Australie, au Canada et surtout en Espagne. Dans ce pays, en 1965, ils prennent contact avec un certainFernando SESMA, aujourd'hui décédé, et qui s'intéressait à l'époque au phénomène ovni.


Les Ummites se sont alors mis à expédier par la poste à différentes personnes, des milliers de documents souvent techniques, décrivant leur langage, leurs vaisseaux, leur vie sur leur planète d'origine, etc... Dans ces documents, ils affirment appartenir à un Club Cosmique et avouent modestement avoir été eux même visités pendant très longtemps par des gens extrêmement évolués, qu'ils n'ont parfois jamais réussi à identifier. Ils affirment également qu'ils disposent d'engins très rapides qui, pour transcender la vitesse de la lumière, utilisent une astuce de physique que nous n'avons pas encore découverte et qui leur permet de joindre la Terre en 6 mois environ alors que la lumière elle même mettrait 14,421 années pour faire le trajet


.


Dans une lettre adréssée à F. SESMA , les ummites affirment avoir exploré près de 400 systèmes et n'avoir trouvé qu'une seule civilisation ayant le même degré d'avancement qu'eux: Des gens petits avec une grosse tête et une autre planète était habitée par des hommes préhistoriques. C'est dire leur satisfaction d'avoir découvert notre terre dont les habitants sont physiquement très semblables aux Ummites. Ils possèdent quelques différences morphologiques avec nous, comme l'absence de glotte, mais ces différences sont suffisamment mineures pour pouvoir leur permettre de passer tout à fait inaperçus sur notre planète.


Ils nous révèlent aussi que d'après leurs enquêtes dans les milieux ufologiques que la Terre est apparemment très visitée par de nombreuses civilisations d'extra-terrestres qui circulent dans le Cosmos.


Ils ont eux même des vaisseaux spatiaux reconnaissables par la marque ressemblant à notre "H", mais dont le trait horizontal est barré en son milieu et inscrite sur la partie inférieure de chaque engin.



Les destinataires des multiples documents envoyés par les Ummites aux terriens sont en général des gens ayant un niveau de culture assez élevé, mais ce sont rarement des scientifiques. Les ummites s'adressent en général aux professions libérales, aux ecclésiastiques aux journalistes, aux membres des grands services publics, etc... Pourtant ces gens reçoivent chacun des centaines de pages< se référant à lastructure intime du Cosmos, à la technologie des nefs spatiales ummites, à la logique fondamentale, à la structure de la matière. Ces documents resteront longtemps inexploités jusqu'en 1971 où fut organisé à Madrid le premier symposium, suivi d'un plus important en Mai 1973 à Barcelone qui lui, fit l'objet d'un compte rendu de 219 pages de grand format.


Pourquoi ces Ummites agissent-ils donc ainsi? Ils nous l'expliquent fort bien en nous donnantune leçon de savoir-vivre: Ce transfert bien dosé de connaissances ummites est une sorte de contrepartie à leur présence parasitaire sur la Terre. En quelque sorte ils nous dédommagent du flot d'information qu'ils extraient, à notre insu, du contexte de notre civilisation. L'astrophysicien français J.P.PETIT qui a lui aussi reçu en 1992 une lettre ummite venant de Ryad, a d'ailleurs, dans un livre paru en novembre 1991, fait des révélations fracassantes sur ce sujet


3) Prolongements pouvant être révélateurs.


Dans un extraordinaire d'un rapport de 50 pages formé de six lettres allant de Jan 67 à Juin 67 et en possession de l' écrivain Antonio Ribérales Ummites donnent des détails très minutieux sur leur débarquement le 28 mars 1950 entre Digne et la Javie dans le département des Basses-Alpes. Ils affirment avoir "creuser dans le sol à huit mètres de profondeur une mini base dont l'accès est parfaitement camouflée et qui est en forme de galerie de 4 métres de longueur, étayée par des cintres extensibles modulaires faits d'un alliage de magnésium et se trouvant dans l'un des contreforts montagneux de la région à proximité du Pic du Cheval-Blanc dont le sommet culmine à 2323 mètres."


Nous avons appris que des manœuvres militaires ultra-secrètes, (puisque les administrations municipales n'ont même pas été averties à cette occasion,) ont eu lieu justement dans la montagne du Cheval Blanc et que les curieux étaient impitoyablement écartés à ce moment là . Cela prouve sans l'ombre d'un doute que l'on recherchait cette fameuse galerie qui a été probablement découverte avec les moyens sophistiqués et autres radars que possède l'Armée. Pourquoi ceci est-il encore sous le boisseau alors que la Défense Nationale n'est plus ici en cause, après 50 ans de mutisme et qu'une telle découverte fait partie indiscutablement du patrimoine de l'Humanité ? C'est par exemple, exactement comme-ci le pays d'Israël qui a découvert les manuscrits de la Mer Morte avait voulu les confiner pour lui seul dans ses laboratoires pour de vulgaires questions de prestige et puissance du pays. C'est donc totalement inadmissible que les représentants de la France, patrie des droits de l'homme, puissent agir de la sorte. Que pouvons nous, modestes citoyens-quidams, faire alors pour que cette incroyable vérité éclate au grand jour ?


Pages cosernant les Ummites


 


Il nous reste cependant une possibilité. En effet les ummites ont dans ce même rapport de 50 pages, avoué avoir, dans la nuit du 24 au 25 avril 1950, organisé un fantastique"raid", sur une ferme de la région où, après avoir, vers 3 heures du matin, anesthésié en plein sommeil tous les occupants dont trois enfants, ils ont dérobé sur les lieux, de multiples objets :(voir le livre de J-P-Petit : Enquêtes sur des ET qui sont déjà parmi nous ) et surtout ce qui est très important pour notre débat : 70000 francs, des pièces d'identité, et enfin ils ont arraché un interrupteur et le compteur électrique. Pensez-vous qu' il arrive très souvent que l'on dérobe le compteur électrique d'une maison ?


Il est donc impensable que le fermier n'ait pas porté plainte le lendemain ou les jours suivants à la gendarmerie la plus proche de son domicile ? Il semblerait que la ferme serait celle de la Bergerie du Défend au Nord-est du col de la Cine appartenant au père Violat, hélas décédé actuellement. Précisons pour terminer cette affaire que les Ummites avouent aussi avoir largement dédommagé ce propriétaire qui n'avait donc aucun intérêt à l'époque à le crier sur les toits. Mais près de 50 ans après, nous espérons que ces scrupules, bien excusables, seront vite balayés et nous exhortons toute personne, ayant connu le Père Violat, de son vivant, ou ayant connu ses proches et qui possède une quelconque information, même insignifiante au sujet de cette plainte déposée à la gendarmerie par ce fermier, de nous écrire sur le Web, ou de courir chez le plus proche journaliste ( Ceux de "Science et Vie" mis à part, car ils ont tourné cette affaire en dérision dans leur n° de Nov.91) pour faire éclater l'incroyable vérité.


De plus Jean-Pierre Petit dans son ouvrage"le mystère des Ummites" chez Albin Michel en Sep. 95, à la page 163, nous précise en effet que le cartable d'un des enfants avait été dérobé avec son contenu, mais aussi une encyclopédie enfantine (à qui appartenait-elle parmi les 3 enfants? quels étaient leurs ages?), et de même ont été dérobés toutes les chaussures de la maison et donc celles, entre autres sans doute, des enfants scolarisés. On peut donc supposer puisque l'on n'a pas d'indication sur l'age des enfants, qu'au moins deux étaient encore scolarisés à l'époque et cela s'il n'y avait pas de vacances à ce moment là (détail à contrôler). On peut enfin aussi imaginer que ces deux enfants n'ont pas pu se rendre en classe sans être perturbé par détails évoqués plus haut et sans en parler à leur maître ou maîtresse, qui pourrait alors confirmer leur mésaventure. Il faut donc absolument retrouver ces enfants, si l'on connaît leurs noms, (et qui seraient parait-il dans la région d'AIX) et les faire confirmer par affidavits (simple déclaration signées), le moindre détail de cette affaire. En effet seuls les écrits signés de ces enfants et non pas leur simple confirmation orale, peuvent compter dans cette fantastique affaire qui (s'il s'avère qu'elle est authentique) concerne indubitablement, nous le répétons à dessein, la plus grande Histoire de l'Humanité. On pourrait aussi retrouver les camarades de classe de ces enfants, qui ont dû bien rigoler à l'époque, des mesaventures de leur copains, mais qui aujourd'hui tomberaient proprement à la renverse en apprenant ce qui s'est réellement passé. Il y a aussi les travailleurs espagnols du Père Violat dont on pourrait retrouver la trace si l'on arrivait à déterminer leurs noms. Il y a aussi surtout les gendarmes, qui auraient enregistré cette plainte (s'ils sont encore vivants, donc il faut ici faire vite pour les retrouver) et dont le témoignage serait capital dans cette affaire.


D'autre part, il ne doit pas être plus difficile non plus de retrouver par exemple auprès des services de "L'EDF", la demande d'installation d'un nouveau compteur, par le père Violat quelques jours après le 24 Avril 1950 et surtout le procés-verbal d'installation de ce nouveau compteur par le technicien requis, si ces archives n'ont pas malheureusement été détruites . On pourrait aussi retrouver les documents ayant servis, un peu plus tard, à établir de nouveaux papiers d'identité, puisque certaines pièces d'identité de la famille Violat avaient aussi été emportées. Il y a donc bien là, de quoi tenter un bon détective qui pourrait écrire ensuite tout un livre, tant les faits sont scabreux dans cette aventure, livre qui pourrait (si les détails vérifiées s'avéraient authentiques) modifier complètement notre manière d'appréhender l'histoire notre planète Terre et même nous forcerait d'adopter une autre compréhension de l'Univers.


D'autre part, (au cas très improbable où cette affaire a été "classifiée" en "Secret Défense" car en 1950, personne ne pourrait imaginer que la simple disparition de quelques objets dans une ferme était reliée à une affaire d'extraterrestres), nous demandons donc à tous les professionnels de la Jurisprudence et des articles de loi, de rechercher si en France, nous n'avons pas une "Loi cachée", comme aux Etats-Unis, (la loi F.O.I.P.A, Freedom of Information and Privacy Act: loi sur l'accès du public aux documents déclassifiés promulguée le 4 Juillet 1974,) qui obligerait le gouvernement à ouvrir les dossiers déclassifiés de la gendarmerie (qui malheureusement ne conserve que rarement les dossiers antérieurs à 10 ans) ou aussi les dossiers du Greffe du Tribunal d'Instance(qui devrait les conserver un peu plus longtemps) et donc à forcer les autorités à dévoiler leur jeu dans cette fantastique affaire des Ummites.


4) Conclusion


Voilà résumée en très peu de mots, la plus extraordinaire des affaires ufologiques actuelles qui attend encore, comme beaucoup d'autres, d'être enfin discutée ouvertement en place publique afin que, si elle s'avérait authentique, nous puissions en tirer les fantastiques conséquences qui s'imposent.


Trouvé sur http://actuparanormal.oldiblog.com


Mercredi 2 novembre 2005 à 21:28

L’Enigme du Sphinx


 


 


Cette statue colossale mi-homme mi-lion, gardienne des pyramides de Gizeh, nous émerveille depuis toujours. Mais, aujourd'hui la science remet en question la date de construction du sphinx.


 


 


 sphinx 1.jpg


 


 


Contemplant fièrement le soleil levant, le grand sphinx, la plus grande statue du globe, inspire depuis des siècles des mites, fables et légende. Ce monument énigmatique, symbole de l'Egypte vers 2500 avant. J.-C. Aussi, lorsqu 'en 1991, des indices géologiques indiquèrent que le sphinx aurait été construit vers env. 6000 ans avant J. -C, c'est dire 3 000 ans avant l'avènement de la civilisation de l'Egypte ancienne, l'information plongea l'égyptologie dans un profond désarroi, semble encore receler bien des secrets. Selon les théories en vigueur, le sphinx de Gizeh aurait été construit par Khephren Au XIXème siècle, les spécialistes considéraient déjà volontiers que le sphinx était déjà plus ancien que les pyramides voisines. Pourtant au XXème siècle, une nouvelle thèse sur l'âge du sphinx s'imposa avec l'attribution de sa construction a Khephren, pharaon qui régna de 2520 a 2494 avant J.-C.





 


Opinions discordantes


 


Pour les égyptologues partisans de cette doctrine officielle, la construction du sphinx date du règne de Khephren notamment parce que son visage a les traits d'une statue de ce pharaon, exposé au musée du Caire. Pour ouvrir une brèche dans les certitudes des pontes de l'égyptologie, il fallut quinze ans à John West, écrivain américain et égyptologue autodidacte. Afin de parvenir à refuser cet argument de ressemblance morphologique entre le sphinx et ce qui aurait été son modèle, West fit appel à des méthodes pour le moins inhabituelles. Il s'attacha en effet les services du lieutenant Frank Domingo, expert de la police de New York, spécialisés dans la reconstruction de visages mutilés ou incomplets. Domingo entreprit une comparaison détaillée des deux faciès, celui du sphinx et celui de la statue de Khephren se trouvant au musée du Caire. Sa conclusion fut que les deux statues représentaient des "individus distincts". Domingo ajoute : "Si des preuves irréfutables démontrent par la suite que le Sphinx était bien à l'effigie de Khephren, alors les artistes qui ont travaillé sur ce monument étaient de piètres techniciens". Les égyptologues les plus conservateurs ont considéré le travail que le travail de Domingo n'avait pas de valeur scientifique. James Romano, spécialiste du Brooklyn Museum de New York, déclara que l'art égyptien n'était pas "de la photographie" mais une "réalité idéalisée", que Domingo "plaquait des normes modernes sur une esthétique ancienne" et que ses analyses n'avaient par conséquent aucune pertinence scientifique.



 


La pluie du désert


 


Aux yeux des égyptologues, les éléments apportés par Domingo ne constituèrent pas une preuve susceptible de remettre en question la datation du Sphinx communément admise. West enfourcha alors un nouveau cheval de bataille. Il suggéra que le l'érosion du Sphinx n'était pas due aux vents ou au sable du désert, mais à l'eau et la pluie. Or cette opinion pouvait également remettre en cause l'estimation en vigueur de l'âge du monument : la plus ancienne grande période de pluie connue en Egypte remontait en effet à l afin de la dernière glaciation, soit 12 000 ans avant J.-C.Pour que cette nouvelle théorie soit à même de convaincre les égyptologues les plus rétifs, John West devait obtenir la coopération d'un expert géologue de renom, dont les travaux et recherches ne souffrirait aucune critique. John West parvint à trouver un scientifique répondant à ces critères en la personne de Robert Schoch, de l'université de Boston. D'esprit large, Schoch accepta cette mission peu académique. L'examen sur site auquel il procéda confirma que le corps du Sphinx et les parois du fossé dans lequel il repose portent des signent classique d'érosion par l'eau. Il constata également que le monument et l'ensemble des temples avoisinants avaient été taillés dans la même roche. Il releva ensuite une curieuse anomalie : le Sphinx et le mur qui l'entoure et le mur qui l'entoure avaient été attaqués par l'érosion sur un mètre d'épaisseur, alors que des strates rocheuses voisines, de nature identique, n'avaient pas subi les mêmes dégradations. Ceci tendait à démontrer que le Sphinx avait été construit en plusieurs étapes, les parties les plus anciennes datant d'une époque compatible avec l'importance de l'érosion par l'eau et d'autres parties de l'édifice, plus récentes, ayant surtout été exposées aux méfaits du vent et du sable.


 


 


 


sphinx 2.gif sphinx 3.gif


 


Frank Domingo réalisa ces croquis du sphinx et de la statue de Képhren. Il traça une droite du menton jusqu'au coin d'œil et compara les angles. L'angle de Képhren (à droite) est de 14° alors que celui du Sphinx (à gauche) est de 32°. Les fabuleux architectes égyptiens n'auraient pas pu commettre une telle erreur…


 


Réponses souterraines


 


Pour consolider son argumentation, West cherche à savoir à quelle époque la roche aux alentours du Sphinx avait été taillée pour la première fois, "détail" qui lui permettrait de déterminer la période de construction du monument. Il fit ainsi venir un sismologue de Houston, Thomas Dobecki. En étudiant l'état des sédiments autour du sphinx, Dobecki pensait en effet pouvoir dater sa construction de manière fiable, partant du principe que plus l'érosion de la roche par l'eau serait profonde, plus sa durée d'exposition à la pluie aurait été longue. Selon les analyses de Dobecki, le corps du Sphinx aurait effectivement été taillé par étapes et l'avant du monument, plus fortement érodé, serait plus ancien que l'arrière, d'environ 3000 ans.


 


Le lifting du Sphinx


 


Schoch en conclut que Khephren avait dû découvrir le Sphinx inachevé. Il aurait restauré le monument, ainsi que les temples alentours, notamment en dallant de granit le sol calcaire du site. Toujours selon Schoch, en raison de son grand âge, le Sphinx aurait subi plusieurs campagnes de réparations pendant les millénaires qui suivirent. Il avance que les Egyptiens avaient dû le découvrir avec un tout autre visage, car sa tête est proportionnellement plus petite que son corps : la statue aurait donc été modifiée et adaptée au style de l'Egypte Antique. Les révélations ne s'arrêteraient pas là : au cours de ses expériences, Dobecki déclara l'existence de tunnels inconnus et d'une vaste salle rectangulaire située cinq mètres en dessous des pattes avant du Sphinx. Selon Dobecki, cette chambre aurait été réalisée par l'homme.. Mais par qui ?


 



La piste des Atlantes


 


Fait étrange, l'existence de cette chambre avait été prédite soixante ans plus tôt par Edgar Cayce, célèbre parapsychologue américain surnommé le "Prophète dormant". En date du 29 octobre 1935, Cayce avait perçu, lors de d'un état de transe, des vies antérieures de l'Egypte ancienne. A la suite de ce contact, Cayce avait déclaré que les survivants de l'Atlantide étaient venus en Egypte en 10 500 avant J.-C. et y avaient construit le Sphinx et la grande pyramide au cours du siècle suivant. Coïncidence troublante, Cayce avait également prédit qu'avant la fin du XXème siècle "une salle des archives. serait trouvée là où une ligne sépare l'ombre de la lumière entre les pattes du Sphinx". Selon lui, la chambre mystérieuse contenait une bibliothèque renfermant le savoir de la civilisation perdue. Le professeur Schoch, universitaire soucieux de sa réputation, ne s'est pas laissé entraîner dans des controverses débordant du cadre de la géologie et a malgré tout considéré que le Sphinx ne remontait pas à plus de 8500 ans, West souscrit en revanche à la théorie des Atlantes et affirme que le monument remonte au moins à 12000 ans. En tout état de cause, les scientifiques tendent aujourd'hui à penser que le Sphinx est beaucoup plus ancien qu'on ne l'a précédemment admis, et les égyptologues n'ont pas encore trouvé de riposte convaincante aux conclusions de Schoch. Mais la principale question soulevée demeure : qui a construit le Sphinx et comment ? De plus en plus de chercheurs considèrent désormais que ce subit "vieillissement" du Sphinx apporte des éléments confortant la thèse d'une civilisation avancée, disparue depuis lors, qui pourrait être l'Atlantide.


 


En 1993, lorsque John West soutint cette hypothèse de manière explicite, il attira sur lui les foudres de Zahi Hawass, directeur général des pyramides de Gizeh. Ce dernier décida en conséquence d'interdire à West et à son équipe de poursuivre leurs recherches sur le site. Bizarrement, on a depuis constaté un changement d'attitude radical de la part des autorités égyptiennes. En avril 1996, une nouvelle autorisation permettant la poursuite de l'exploration du Sphinx fut accordée à un certain Joseph Schor, millionnaire américain possédant des liens étroits avec l'ARE, riche et influente organisation internationale promouvant les enseignements d'Edgar Cayce.



 


Des révélations publiques


 


Schor et Hawass ont depuis annoncé conjointement qu'il existait des tunnels secrets sous le Sphinx et que, dans un proche avenir, ces chambres pourraient être vues en direct par les téléspectateurs du monde entier. Si tel est le cas, nous découvrirons alors si les prédictions de Cayce concernant l'Atlantide sont exactes. Et si la chambre mystérieuse abrite les preuves de l'âge du Sphinx, il est probable que l'on en sache bientôt davantage sur les objets même de sa vigilance : les pyramides de Gizeh.


 


Trouvé sur http://actuparanormal.oldiblog.com

Mercredi 2 novembre 2005 à 21:23

La plus vieille Maison Hanté
 
La plus ancienne maison hantée atestée en france est celle du pasteur protestant Francois Perreaud à Macon.
En septembre 1612, Perreaud commença a entendre chez lui des bruits inexplicables.

Peu de temps apres, certains objets se mirent à se deplacer d'eux-memes.
La vaisselle volait, les portes s'ouvraient et se fermaient et l'on pouvait entendre un fort bruit d'origine inconnue.

Finalement, des voix éraillées s'élevèrent, devenant de plus en plus claires.
Pour Perreaud, il ne fit aucun doute que le diable s'était installé dans sa maison.
Pendant plusieurs semaines, des conversations eurent lieu avec les "esprits" en presence d'invités.

Pour constater si le diable se trouvait encore dans la maison de Perreaud, le notaire et procureur du roi Francois Tornus eut l'idée de siffler à la porte.
Aussitot le diable - pensa-t-il - lui repondit d'un sifflement identique, suivi d'un jet de pierre.
Minutieux comme le sont les notaires, Tornus marqua la pierre à l'aide d'un morceau de charbon de bois et la lança dans la cour de la maison.

Le "diable" renvoya la pierre aisément reconnaissable à son marquage.
Lorsque Tornus saisit la pierre dans sa main, elle était chaude.
Le notaire en conclut qu'elle avait du brievement séjourner en enfer.
Meme le célèbre physicien et chimiste Robert Boyle se laissa convaincre par Perreaud que ces phénomènes étaient authentique...


Alors realité ou supercherie ?
 

Mercredi 2 novembre 2005 à 21:14







Cette histoire se passe il y environ 40 ans, lors d'une soirée tout a fait normal, le père d'une famille du sud de la France, demande à son fils aîné d'aller chercher une bouteille de vin à la cave.


Le fils obéit et une fois descendu dans la cave, il va chercher la bouteille, puis ils se retourne et voit deux bonnes sœurs tenant des bougies à la main sans visage et immobiles prés du tonneau à vin, le jeune homme effrayé laisse tomber la bouteille et remonte chercher son père pour lui montrer cela.


Le père descendit et vit les sœurs, mais elles avaient changé de place. Le père remonta pour chercher un fusil et une fois en bas il visa les sœurs, puis tira, mais aucune balle n'est sorti, pris de panique, ils sont tous remontés. Une fois qu'ils eurent tous repris leur esprit, ils descendirent à la cave .
Les bonnes sœurs avaient disparue... .


Mercredi 2 novembre 2005 à 20:54

En Russie on tue un chat volant...




Nous sommes en juillet 2004, dans une petite ville de Bukreyevk en Russie proche de Kursk. Nadezhda Medvedeva laisse un petit bol de lait dans son jardin et un chat, faisant environ le double de la taille normal d’un chat vient boire, vide totalement le bol et se met à miauler pour en redemander. Petit à petit le chat reviens plusieurs jours de suite pour redemander du lait. Quelques jours après sa fille l’appelle comme horrifier : « maman, vient voir le chat ! Il a des ailes ! »


(JPEG)



Une ancienne photo d’un chat ailé...

Là elle voit le chat dans son jardin, elle l’observe attentivement, et soudain le chat déploie ce qui semble être des ailes. Tout de suite elle pense à un démon, un envoyé du diable. La jeune fille appelle le chat Vaska, et il est relativement affectueux, elle l’adopta...


La rumeur se répand jusqu’à Kursk, mais hélas lorsque les journalistes arrivent, le chat à été abattue par un alcoolique. Un journaliste local verra la dépouille, et dira que malgrès son état de décomposition le chat possédait bien des ailes...


Trouvé sur dark-ride.org

<< Page précédente | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | Page suivante >>

Créer un podcast