slipkornt

Where Is The Truth?

Lundi 16 janvier 2006 à 23:35


Vampires


C'est au 11e siècle que ca a commencé à circuler les histoire de mort qui quitte leur tombe pour s'attaquer aux vivants mais c'est au 14e siècle que le vampirisme est devenue une mode en Europe de l'Est et ce n'est qu'au 18e siècle que nous parvient le nom Vampire lors de ce qu'on appellera plus tard la grande épidémie vampirique. On parle de ca dans tous les journaux et revus de l'époque et les caractéristique du vampire telles qu'elles sont alors exposées sont:



Le vampire est un mort qui ne corrompt pas dans la tombe, même des mois après son inhumation;
Le corps a parfois changé de position dans le cercueil.
Et il sort de sa bouche, et parfois de ses oreilles, du sang frais en quantité. (celui qu'il aurait volé à ses victimes)
Très peu de rapport font mention des fameuse dent très développés, ca  été plutôt popularisées par le cinéma. Selon les superstition le vampire boit le sang a travers la peau, laissant une marque bleuâtre, et non en les mordants dans le cou comme au cinéma.

Aujourd'hui bien sur avec une plus grande ouverture d'esprit du public et aussi avec la médecine avancée on a découvert en fait que ces fameux vampires ne sont que de pauvre victime d'une terrible maladie qu'est la Porphyrie. 


        Cas de porphyrie


Le Dr Dolphin pense en effet que le mythe du vampire aurait été inspiré d'une maladie héréditaire congénital très rare du a l'absence d'un enzyme. (une enzyme est une protéine qui a la fonction d'accélérer la vitesse d'une réaction chimique dans l'organisme.) La porphyrie est un terme qui englobe un groupe de maladies qui affectent la production d'hémoglobine (les globules rouges), de myoglobine (la pigmentation cellulaire rouge des muscles) et de cytochromes. Elle provoque une photosensibilité de la peau qui entraîne des effets spectaculaires chez le malade. Toute personne sujette a cette maladie prend des risque graves si elle s'expose aux rayons du soleil, car celui-ci provoque une importante atrophie de la peau.(appelée photodermatite). Le contact avec la lumière du soleil provoque alors une douleur intense de la peau et un « rougissement » prononcé des yeux. Qui plus est les malades souffre souvent d'une grande pâleur, et de pilosités anormales.



Le conte Dracula


La forme la plus fréquente est la porphyrie cutanée, dans 80% des cas elle se manifeste entre 30 et 50 ans et généralement déclenché par une intoxication hépatique soit l'alcool, des drogues fortes, médicaments, est... mais dans 90% des cas c'est du a une intoxication aux médicaments. Le stress, la fatigue et le jeûne peut aussi déclencher la maladie. Une substance ayant ces propriété a été identifiée par le Dr Dolphin dans l'ail. Il pense que dans les régions reculées et archaïques les malades de la porphyrie et leur manie de boire du sang a pu donner naissance au mythe du vampire. Mais cette théorie est très contreversée dans les milieux médicaux, d'autre pensant qu'il faut chercher les racines du mythe a un niveau psychiatrique. Il s'agit de personne qui consomme du sang, principalement pour le maintien de leur santé et de leur jeunesse. La consommation du sang de bétail a cet effet était fort répandu jusqu'il y a peu de temps, et les abattoires étaient très fréquentés.



La Contesse Burnejon


Dans un régistre plus sinistre on peut évoquer la comtesse Erzsebet Bathory qui dans son château au 16e siècle, saignait plusieur centaine de jeunes filles afin de se baigner dans leur sang ou le boire dans le but de préserver le plus longtemps possible sa jeunesse et sa beauté. c'est le procès, en 1611 de la comtesse. Celle-ci est accusé d'avoir fait enlever et saigner comme des animaux de boucherie de malheureuse jeunes filles qui habitaient dans les villages aux alentours de son château de Csejthe, situé au sommet d'une colline dans la région montagneuse de la Hongrie proche des Carpates. Selon les chroniques de l'époque, le nombre de victimes se situait entre quatre vingts et trois cents ; la vérité se situe probablement plus près du second chiffre. Pendant dix ans, des dizaines de jeunes filles, enchaînées dans les cachots du château, seront torturées avec raffinement et saignées à mort. Devant le nombre impressionnant de disparitions de jeunes femmes dans la région, des rumeurs se répandent et, pour y mettre fin, le 30 décembre 1610, le comte Gyorgy Thurso, cousin d'Ezsébet, à la tête d'une compagnie de soldats et de gendarmes, investit le château au moment même ou se déroule l'une de ces orgies sanglantes. Outre des cadavres de jeunes femmes, on découvre dans les cachots souterrain des prisonnières encore vivantes, dont le corps a été lardé de milliers de piqûres d'aiguille, et d'autres qui n'ont pas encore subi de sévices mais qui attendent leur tour. Sauvée de la peine capitale grâce à ses liens de parenté avec la famille royale, la comtesse sera gardée en captivité jusqu'à sa mort dans sa propre chambre dont on mure les fenêtres et la porte en ne laissant qu'un étroit interstice pour lui passer les plats, tandis que ses complices seront tous exécutés. Le château étant demeuré à l'abandon après la mort de la comtesse, l'endroit restera longtemps maudit. L'affaire Bathory a contribué à répandre dans la région toutes sortes de rumeurs et de légendes selon lesquelles la comtesse aurait continué, après sa mort, à se livrer à ses débauches sanglantes, devenant ainsi un vampire au sens propre du terme. Et cette Contesse était une parmi tant d'autres.


                                                     



 La Contesse Erzsebet Bathory                                              Le château où elle fut emmurée                        


Selon plusieurs spécialistes il pourrait y avoir cinquante mille personnes se livrant actuellement a des pratiques vampiriques aux États-Unis, de véritables réseaux de vampires sont organisés dans les différentes régions des États-Unis et rares sont ceux qui vivent leur différence en solitaire. Tous décrivent leur envie de sang comme un besoin, quelquefois vital, mais ne se déclarent pas prêts à la  violence ou au meutre pour le satisfaire. Quel que soient leur satisfaction elle est certainement psychosomatiques vu qu'il a été médicalement pouvé que l'organisme ne synthétise pas le sang, il passe dans les organes digestif sans être absorbé. 


Le vampirisme a aussi parfois été interprété, dans la littérature médical, comme un symbole de la peste ou de rage humaine, durant les épidémies de peste les morts étaient dangereux et ensevelis à la va-vite, parfois même vivant, et cela pourrait expliquer l'état de certaine personnes lors des exhumations.   


Les différentes formes de porphyrie sont diagnostiquées par test d'urines, une coloration anormale des urines virant au noir à la lumière en 30 minutes et qui sera donc pas observée dans les toilettes. Les malades ont des crampes abdominal intense, ceci est la manifestation la plus fréquente, survenant le plus souvent chez la jeune femme ils sont souvent accompagnées de vomissement violent et d'une constipation formant des bouchon, l'abdomen est sensible et il y a un amaigrissement important. Les symptôme dure de quelques heures à deux ou trois jours, et le rythme des crises est très variable. 


Les troubles psychiques présent dans la moitié des cas sont des troubles d'anxiété, agressivité et de dépression, pouvant comporter des troubles de la conscience, une confusion mental voire hallucinatoire, qui pourraient justifier en première analyse, lorsque le diagnostic est méconnu, des traitements susceptible d'aggraver la crise. 


Le syndrome neurologique, son diagnostic peut-être grave. Quadriplégique, paralysie des muscle respiratoires, atteinte bulbaire mettant en jeu la vie du patient, convulsions susceptibles d'induire un traitement barbiturique aux conséquences dramatiques. 


Dans tous les cas l'hypertension artérielle, sueurs, insomnies sont souvent présent. 


Pour ce qui est des traitements et remèdes rien de très compliqué mais elle doit être pris très au sérieux, il est recommandé d'éviter l'exposition au soleil et les prescription de médicaments pouvant déclancher les troubles, il y en a toute une liste, et l'administration de glucose ou d'hématine (suvre et fer naturelle) peut s'avérer utile. Prendre des Antalgiques pour la douleur peut aussi aider. Pour les cas plus graves bien autrefois c'était des saignées et perfusion, aujourd'hui se sont des transfusion. 


Finalement, derrière les mythes et légendes il y a toujours un petit fond de vérité...


Source

Samedi 14 janvier 2006 à 23:50

Apparitions de figures


Certaines constructions anciennes laissent apparaître des visages sur les murs ou parfois sur les sols.




En août 1971, à Belmez de la Moradela (Andalousie -Espagne) dans la maison de Maria Pereira, apparaît l'effigie d'une tête de femme aux yeux en amande, coiffée en bandeaux. Le mur fut recouvert d'un mortier d'environ trois centimètres d'épaisseur, ce qui n'empêcha pas la réapparition progressive d'une tête de vieillard qui disparut ensuite. Des fouilles mirent à jour des ossements à 2 m 60 de profondeur, sous la maison.





Rien ne se produisit jusqu'en novembre 1971 où le même visage de femme réapparut, avec une expression de douleur et d'horreur, accompagné de dessins de visages miniatures. Tout s'effaça ensuite.



La maison voisine avait été le siège de phénomènes paranormaux : raps, PK avec déplacements d'objets....



Les hypothèses actuellement émises sur ces apparitions de portraits sont de deux types : enregistrement magnétique ou distorsion du temps, mais aucune explication n'est satisfaisante.



La matière inerte serait capable d'enregistrer l'image de certaines personnes ou des événements ayant lieu dans le passé en cet endroit et qu'elle pourrait restituer par un processus exceptionnel dont on ne connaît pas le mécanisme !



Des " trains d'ondes " issus de la pensée, lors de circonstances particulièrement dramatiques, n'auraient pas pu se propager normalement dans l'espace-temps et se seraient trouvés enfermés dans un " noeud du temps "


http://www.outre-vie.com

Vendredi 13 janvier 2006 à 20:43


Tout le monde connaît ce film paru en 1999, racontant comment, le 21 octobre 1994, trois jeunes cinéastes disparurent alors qu'ils étaient en train de faire un reportage dans la forêt de Black Hills sur la célèbre sorcière de Blair.
Mais connaissez vous vraiment la légende qui se cache derrière ce film ?


Les “vraies” histoires de la commune de Blair :

L'histoire se déroule dans la petite ville de Burkittsville, ancienne Blair, dans le Maryland et plus précisément dans la forêt de Black Hills.
Selon certaines légendes, celle-ci serait maudite, tant et si bien que même les tribus natives Indiennes qui vivaient à côté ne s'y aventuraient jamais.

Avec les procès des Salem qui se produisent à la fin du XVIIème siècle, la petite ville est aussi frappée par les rumeurs de sorcellerie.
Parmi les prétendues sorcières se trouve Elly Kedward. Son histoire remonte en février de l'année 1785. Elle est alors accusée d'attirer des enfants du village dans sa maison afin de boire de leur sang. Après sa condamnation, elle fut bannie de la ville et obligée à vivre dans la forêt où elle mourut dit on d'hypothermie.
Mais les disparitions ne s'arrêtèrent pas pour autant, au contraire tous les accusateurs ainsi que la moitié des enfants de la ville disparurent.

Plusieurs années plus tard, en 1810, Henry Burkitt fait construire une ville sur le territoire de Blair et lui donne son nom : Burkittsville.
En août 1825, plusieurs témoins disent avoir aperçu une main sortir de l'eau de la rivière Tappy East Creek. Ce serait celle de Elleen Treacle, alors âgée de 10 ans, mais elle n'a jamais été retrouvée. Cependant, durant les treize jours qui suivirent la noyade, on trouva des fagots de brindilles huileux dans l'eau.

En mars 1886, c'est un jeune garçon âgé de 8 ans, Robin Weaver, qui est porté disparu, mais il est retrouvé vivant quelques jours plus tard. Malheureusement, ce n'est pas le cas du groupe de secouriste. Les corps de ces hommes sont retrouvés quelques semaines plus tard, à Coffin Rock. Ils étaient attachés ensemble par les poignets et les chevilles, et totalement éviscérés.

Bien plus tard, des nouveaux crimes ont lieu dans les années 1940, sept enfants sont enlevés et éviscérés de manière méthodique par Rustin Parr, qui avouera ensuite ses méfaits. Un autre jeune garçon, Kyle Brody, est retrouvé traumatisé dans le sous-sol de Parr. Selon le témoignage du bourreau, il aurait fait cela sur ordre du fantôme d'une vieille femme vivant dans les bois. Il est ensuite pendu.


Le film, ou se qui fut rapporté comme histoire véridique :

Le Projet Blair Witch né en 1999. Il a pour but de faire croire à une histoire véridique de trois jeunes qui seraient venus tourner un reportage dans la forêt de Blair sur la sorcière qui la hante, et qui auraient disparu les uns après les autres, en laissant derrière eux une vidéo, retrouvée un an plus tard.

Ce “documentaire” mettant en scène Heather Donahue, Joshua Leonard et Michael Williams, fut tourné de manière très simple. Ils se retrouvèrent seuls tout les trois dans les bois, avec deux caméras, une pour le film et la deuxième pour le making-of.
Il n'y avait pas ou peu de script ce qui laissé libre court aux acteurs et donné plus de crédibilité aux scènes. L'équipe de production quand à elle était réduite au strict minimum et n'avait pour but que de donner quelques indications au groupe.

Pour promouvoir ce film d'un genre nouveau, à petit budget (environ 25000$, ce qui est très peu pour un film), la production se servit d'Internet. Et pour rendre encore plus crédible cette histoire des jeunes disparus, elle créa une légende se basant sur l'histoire de Burkittsville.
Les acteurs, après la sortie du film dans la salle, durent se cacher pour que le public croie vraiment que l'histoire était vraie. Ce n'est que lorsque la supercherie fut découverte, qu'ils obtinrent la gloire.

Conclusion :

Comme vous venez de vous en rendre compte, la sorcière de Blair n'est que pure invention de la part de deux metteurs en scène et producteurs, Daniel Myrick et Eduardo Sanchez, qui se sont cependant inspirés des légendes qui hantent la petite ville de Burkittsville.

Je vous conseille cependant de voir ce film, qui est je trouve très réussi, surtout compte tenu du peu de moyens employés. Il fut, est, et restera, je pense, un des films cultes du cinéma d'horreur (suggestif).

Source :
http://www.sheluna.com/wwwArticles/art0012.php
Pour en savoir plus sur le subterfuge du film : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Projet_Blair_Witch

© Ternel

Vendredi 13 janvier 2006 à 0:10

RENCONTRE AVEC LA CAMERA


Les appareils photo et les caméscopes ont ajouté une nouvelle dimension à la recherche des preuves de l'existence des extraterrestres.
Les plan rapprochés,nets et en couleurs, ont supplanté les images floues en noirs et blanc.
Ces images peuvent bien ne pas constituer une preuve suffisante de l'existence d'extraterrestre, elles contribuent quand même à l'élaboration du dossier de l' " hypothèse extraterrestre ".


______________________________________________________________________________


LA « PLAYMATE ALIEN » DU MOIS


Certains cas photographiques sont facilement démontables, comme celui de l'extraterrestre dénudé  proposé par le magazine pour Penthouse. À en croire son éditeur, Bob Guccione, la petite-fille d'un soldat de Roswell, chargé de ramasser les débris sur le légendaire site du crash de 1947, était tombée par hasard sur cette photo parmi les affaires de son grand-père, et l'avait envoyée au magazine. En vérité, le fameux extraterrestre n'était qu'un des mannequins du film Roswell, le mystère, exposé à l'International UFO Muséum de Roswell.



TOUT DROIT VENU DE L'ESPACE?


On ne sait vraiment pas grand-chose sur cette image, censée remonter aux années 1950. Il existe plusieurs versions de cette photographie, ce qui a conduit certains chercheurs à conclure que toutes, sans exception, étaient des trucages. L'être au milieu de la photographie était censé avoir été découvert dans une épave de soucoupe tombée au Nouveau-Mexique. Mais l'explication la plus probable est que ce ne serait là que le cadavre rasé d'un singe.



SUR LA TABLE DE DISSECTION


Le plus connu de tous les films montrant de « vrais » extraterrestres est sans conteste celui de la créature disséquée dans le «film de l'autopsie de Roswell ». Aujourd'hui considéré par la majorité des ufologues comme n'étant qu'un montage, le film n'en reste pas moins bien réalisé et très difficile à prendre en défaut sur son contenu. Par contre, l'histoire entourant son origine et sa découverte du film laisse, elle, beaucoup à désirer. En 1997, lorsque nous avons rencontré pour la dernière fois le distributeur de l'édition en cassette vidéo, Ray Santilli (encadré), celui-ci avait promis que d'autres séquences inédites allaient bientôt être mises en circulation. On attend toujours...



LE VENUSIEN DE MENGER


Le peintre d'enseignes et contacté Howard Menger prit cette photo d'un Vénusien juste avant 1 heure du matin, le 2 août 1956. L'extraterrestre, dont on voit la silhouette sur le fond de son brillant astronef, fut décrit par Menger comme « ayant de larges épaules, une taille fine et de longues jambes droites ; ses cheveux longs et blonds bougeaient dans la chaude brise estivale. » L'effet de flou, qui tombait à pic, était dû aux effets du « flux électromagnétique environnant le vaisseau ».



_____________________________________________________________________________


INTERVIEW D'UN ALIEN SUR LA ZONE 51


Dans les entrailles de la Zone 51, une partie ultra-secrète du centre d'essai de Nellis dans le Nevada, un extraterrestre serait l'invité forcé du gouvernement américain (encadré). Mais grâce à la ruse d'un garde de sécurité, connu sous le nom de Victor, une bande vidéo montrant la créature subissant un interrogatoire par télépathie a été sortie en douce de la base et cédée au distributeur de cassettes Jeff Broadstreet..



Malgré un avis initial favorable de l'écrivain Whitley Strieber et de l'ancien militaire Robert O. Dean, bien peu de ceux qui ont visionné la bande, y compris Broadstreet, ont été convaincus par ce film.



LE GEANT DE FALKVILLE


Le 17 octobre 1973, un habitant de Falkville, dans l'Alabama, appela le chef de la police Jeff Greenhaw après avoir assisté à l'atterrissage d'un objet lumineux dans un champ voisin. Alors qu'il enquêtait sur l'affaire, Greenhaw aurait rencontré un humanoïde d'apparence métallique de deux mètres de haut avec lequel il aurait tenté, en vain, de communiquer. Il réussit pourtant à prendre quatre photos polaroïds montrant assez clairement la silhouette du mystérieux personnage métallique. Ensuite, l'extraterrestre se serait enfui en courant!



TETE DE CHUPACABRA!


El Chupacabra, l'infernal extraterrestre vampire qui sévirait en Amérique Latine et à Porto Rico, a fait sa première apparition photographique sur Internet. Posté anonymement sur le web -et donc probablement sans autorisation- ce plan rapproché montre les crocs caractéristiques de l'entité mais pas grand-chose d'autre. Une nouvelle photo censée représenter le « suceur de chèvres » est apparue en 1998, mais sans faire beaucoup avancer le débat.



UN E.T. A LA VUE BASSE?


Cette image montre ce que certains considèrent comme les restes carbonisés d'un E.T. encore prisonnier d'une épave. Si l'authenticité de la photo n'a pas été remise en question, ce n'est pas le cas de la paire de lunettes (entourée) qu'on y aperçoit. Y aurait-il des extraterrestres affligés d'une mauvaise vue?



LA CREATURE DES CAVERNES


Dans Contacts extraterrestres, l'ufologue Timothy Good raconte l'histoire de José Luis «Chino» Zayas, un adolescent portoricain qui, en 1979 ou 1980, aurait tué ce qu'on suspecte être une entité extraterrestre. Selon Zayas, lui et quelques amis seraient tombés sur un groupe de petits humanoïdes alors qu'ils exploraient des cavernes. Un des êtres attaqua alors Zayas qui le frappa à mort avec un bâton (blessures au crâne dans l'encadré), et qui conserva ensuite la créature en guise de trophée. Le spécimen fut préservé dans du formol, puis confisqué par des officiels affirmant travailler pour la NASA. Mais pas avant d'avoir été examiné et photographié par un professeur de chimie de l'Université de Porto Rico.



Source

Mercredi 11 janvier 2006 à 17:30


Voici un spécimen de créature encore inconnu du grand public, mais qui sait peut-être qu'un jour... looool


<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast