slipkornt

Where Is The Truth?

Mardi 16 septembre 2008 à 23:42


Antoine - Début de l'enquête???
envoyé par SlipKoRnT

La disparition du petit Antoine
Le petit Antoine Brugerolle de Freysinette, 6 ans, habitant 1 rue des fours à Issoire (centre-ville), a disparu. Toute personne qui aurait aperçu Antoine est priée de contacter la gendarmerie d'Issoire au 04.73.89.80.80, de composer le 17 ou le 112!

FAITES TOURNER =)

Partie 1:
http://www.dailymotion.com/video/x6rbgb_antoine-a-disparu_news
Partie 2:
http://www.dailymotion.com/video/x6rome_antoine-lenquete-pietine_news

Mardi 16 septembre 2008 à 1:54

AVERTISSEMENT!
CRISE ÉCONOMIQUE!
PAS DE DÉPENSES INUTILES DES MAINTENANT
& SI VOUS AVEZ DES ACTIONS
RÉCUPÉREZ VOS SOUS ET ARRÊTEZ!


Mardi 16 septembre 2008 à 0:10

 

Antoine - L'enquête piètine!
envoyé par SlipKoRnT


La disparition du petit Antoine
Le petit Antoine Brugerolle de Freysinette, 6 ans, habitant 1 rue des fours à Issoire (centre-ville), a disparu. Toute personne qui aurait aperçu Antoine est priée de contacter la gendarmerie d'Issoire au 04.73.89.80.80, de composer le 17 ou le 112!

FAITES TOURNER =)


Partie 1:
http://www.dailymotion.com/video/x6rbgb_antoine-a-disparu_news

Dimanche 14 septembre 2008 à 23:48

 

Dimanche 14 septembre 2008 à 21:03

 

 


 

La disparition du petit Antoine

 

Le petit Antoine Brugerolle de Freysinette, 6 ans, habitant 1 rue des fours à Issoire (centre-ville), a disparu de son domicile depuis jeudi soir. Toute personne qui aurait aperçu Antoine jeudi soir ou ce vendredi est priée de contacter la gendarmerie d'Issoire au 04.73.89.80.80 ou de composer le 17.

Le 14/09/08

Un hélicoptère équipé d'une caméra thermique a été utilisé dimanche à Issoire afin de retrouver Antoine. Le volet judiciaire passe toutefois au premier plan. Le parquet a ouvert une information judiciaire, samedi, pour enlèvement et séquestration

Ce soir, le petit Antoine, âgé de 6 ans, disparu depuis jeudi soir à Issoire n'avait toujours pas été retrouvé. Au troisième jour de recherches infructueuses de nombreuses questions se posent.

Où en sont les recherches sur le terrain ? Hier, environ 30 gendarmes étaient toujours déployés autour d'Issoire afin de fouiller à nouveau des endroits déjà passés au peigne fin, vendredi et samedi. Il s'agit notamment de vérifier que le petit Antoine n'a pas trouvé refuge, après le premier passage des gendarmes, dans les zones industrielles des Listes et Lavaur La Béchade et dans les hangars qui y sont implantés.

Un hélicoptère équipé d'une caméra thermique est venu d'Hyères (Var), samedi. Les mauvaises conditions météorologiques de la nuit de samedi à dimanche et de la matinée de dimanche ne lui ont pas permis de décoller avant 12 h 30 hier. Il a survolé Issoire et un large périmètre alentour. Une dizaine de pompiers de l'équipe cynophile étaient également mobilisés afin de ratisser les zones qui ne peuvent pas être vues du ciel.

Dimanche soir ces recherches étaient toujours vaines.

Quelles sont les avancées de l'enquête judiciaire ? Depuis samedi, l'enquête judiciaire a supplanté celle de terrain. « Plus le temps passe, moins la fugue est crédible », a indiqué le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat, dimanche matin. D'ailleurs, samedi, une information judiciaire pour enlèvement et séquestration de mineur de moins de 15 ans a été ouverte par le parquet de Clermont-Ferrand dans le bureau du doyen des juges d'instruction, Jean-Christophe Riboulet.

La section de recherches de la région Auvergne est saisie des investigations. « Personne n'a été placée en garde à vue jusqu'alors, a affirmé le procureur de la République. Nous ne cherchons personne en particulier ».

Alors que le procureur de la République tenait une conférence de presse, les gendarmes ont bouclé la rue des Fours et inspecté, de nouveau, le domicile d'Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, la mère d'Antoine. En fin d'après-midi, c'est le domicile de Sébastien Ribière, le nouveau compagnon de la mère d'Antoine qui a été passé au peigne fin.

Les enquêteurs s'attachent notamment à déterminer ce qui a poussé Antoine à quitter le domicile familial. « Dans ce milieu, l'école n'est pas la préoccupation première », a expliqué Jean-Yves Coquillat. Il semble qu'une vive explication entre la mère et son fils ait eu lieu quelques minutes avant qu'Alexandrine et son compagnon ne laisse Antoine seul, pour aller au restaurant. Une thèse vérifiée et confirmée par les gendarmes.

« Aucun témoignage crédible ne permet de dire que l'enfant a été vu depuis le 3 septembre », explique le procureur pourtant largement interrogé sur la date exacte de la dispariton lors de la conférence de presse. Il a été malade, atteint d'une gastro-entérite mais sa mère affirme l'avoir soigné seule. Mais on part peut-être avec un peu de retard... ». (...)

Source

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast