slipkornt

Where Is The Truth?

Lundi 20 mars 2006 à 13:56

Le 8 juillet 1947,les autorités americaines annoncaient avoir trouvé une soucoupe volante pres de la ville de Roswell, dans l'etat du nouveau mexique.Un peu plus tard dans la journée, ces mêmes autorites démentaient le fait. Une opération de désinformation en matière d'ovni venait peut être de commencer.

roswell016.jpg (7868 octets)


Dans les journaux ont pouvait voir les gros titres "La RAAF capture une soucoupe volante dans un ranch près de Roswell","L'armée déclare avoir trouver un ovni". Peu après l'annonce officielle du crash d'ovni, reprise par la presse locale, les autorités se rétractèrent et demandèrent au commandant Marcel de montrer des debris de ballon sonde aux photographes. L'armée déclara que le commandant avait fait une erreur et que ce qu'il avait pris pour un ovni, était enfet une sonde meteorologique deportee  par le vent puis projettée dans le ranch.


crasrosw1.jpg (24302 octets)


crasrosw3.jpg (9159 octets)


Devant ces affirmations et croyant l'armée la presse du lendemain enterrait l'affaire, titrant "Roswell n'etait qu'un ballon sonde". De nombeux journaux continuèrent d'insister mais l'affaire tomba dans l'oublie pendant trente ans. Pendant des années, il ne fit aucun doute pour les adeptes des OVNI que l'armée de l'air cherchait à dissimuler la vérité; beaucoup plus tard, en 1987, on mit à jour des documents qui apportaient la preuve que l'aéronef et les corps des quatre membres de l'équipage avaient bien été retrouvés.


L'affaire aurai pu s'arrêter mais en 1978 le hazard d'une rencontre fit qu'une enquete sue Roswell devait etre faite pour un reportage a la television.Un document a été déposé dans la boîte aux lettres d'un des enquêteurs, à Los Angeles, sous forme de microfilm. Il semblerait que ce soit une note de synthèse rédigée en novembre 1952 à l'intention du président Eisenhower. Elle rapporte que les restes d'un engin spatial et des petits corps humanoïdes furent récupérés et examinés après l'écrasement d'un OVNI près de Roswell. Une équipe de scientifiques fédéraux auraient établi que ces créatures sont biologiquement différentes des êtres humains. Les chercheurs ont été incapables d'identifier la source d'énergie utilisée par l'engin et de déchiffrer les exemples d'écritures retrouvés sur les débris .


.Apres avoir retouver certaines peronnes dont un responsable des pompes funèbres,on apprend que des corps "qui sentaient tres mauvais" auraient ete apercu dans l'hopital par une infirmiere de la base. Selon ce temoin, la peau des corps était gris-brun, ils possèdaient de grosses têtes sans cheveux avec des fentes a la place du nez, de la bouche et des oreilles, et quatres doigts fins sans pouce. Apres avoir raconter ce qu'elle avait vu, elle disparu et quand on voulu la contacter son courier revint avec la mention "décédé".


Bien que laissant des questions en suspens l'émissions fut difusee en septembre 1989 sur NBC et eu un grand succès, près de 28 millions d'américains suivirent ce programme, on y voit des scientifiques procédant à l'autopsie d'un de ces humanoïdes retrouvés à Roswell. L'enquêteur recolte plusieurs coupures de presse lui apportant de nombreuse informations comme des noms et des lieux. En 1980 il avait pris les temoignages de plus de 62 personnes lies aux évènements. A partir de la un grand nombre de livres d'articles et de programmes tv virent le jour mais aussi attirerent les sceptiques qui voulaient a tout pris denoncer le faux. Depuis ce Crash le gouvernement américain  a été poussé dans une campagne de desinformation à long terme.


En savoir plus...


Source

Lundi 13 mars 2006 à 22:20

L'étrange forme applatie est de retour


Une étrange forme récurrente à fait son apparition sur une photo prise à Hawaï il y quelques semaines par un touriste. Il ignore ce qu'il a vu et a cru voir une certaine lueur verte sur les bords de l'objet. Cette forme pourrait correspondre à un cerf volant ou un quelconque objet s'étant envolé, mais il est intéressant de le comparer aux autres clichés similaires du même type.



Source : Rense.com







http://www.ufopublication.com

Vendredi 10 mars 2006 à 12:55

WASHINGTON, 9 mars (XINHUANET) -- La sonde Cassini aurait découvert l'eau liquide sur Enceladus, une lune de Saturne, a annoncé jeudi l'Agence spatiale américaine (NASA).  


 La sonde Cassini aurait  découvert l'eau liquide sur Enceladus, une lune de Saturne, a  annoncé jeudi l'Agence spatiale américaine (NASA).



Des images prise récemment par Cassini paraissent indiquer des  éruptions de jets de glace et des panaches géants de vapeur d'eau, a indiqué jeudi la NASA dans un communiqué.  


      La sonde Cassini aurait  découvert l'eau liquide sur Enceladus, une lune de Saturne, a  annoncé jeudi l'Agence spatiale américaine (NASA).                    Si cette découverte se confirme, "nous aurons alors étendu de façon importante les endroits dans le système solaire il  pourrait exister des conditions permettant la vie d'organismes", a indiqué Carolyn Porco, un des responsable de mission et  spécialiste de l'imagerie à l'Institut des sciences spatiales (SSI) à  Boulder (Colorado, ouest).


Toutefois, David Morrison, un chercheur à l'Institut d'Astrobiologie de la Nasa, a estimé qu'il fallait être prudent et ne pas tirer des conclusions précipitées sur l'éventuelle présence d'organismes sur Enceladus.  


     "Cette découverte est sans doute intéressante mais je ne vois  pas ce qu'on peut dire de plus" à ce stade, a-t-il dit.  


     Les astrophysiciens pensaient qu'Enceladus, dont le diamètre n'est que de 505 km, était un astre mort et froid. Ils estiment  désormais que cette lune est géologiquement active avec son pôle sud inhabituellement chaud.  


     Enceladus est la lune la plus brillante du système solaire, ont souligné ces astronomes.  


     Saturne se trouve à environ 1,28 milliard de km de la Terre et fait l'objet avec ses lunes de la mission conjointe euro-américaine Cassini-Huygens.  


     La sonde a été lancée en 1997 et s'est placée en orbite autour de Saturne en 2004, explorant ses anneaux et un grand nombre de ses lunes.  


     Cassini a effectué trois vols rapprochés d'Enceladus l'an dernier et devrait de nouveau frôler cette lune à 354 km d'altitude en 2008.


Source

Dimanche 5 février 2006 à 23:51


LES MUTILATIONS DE BETAILS
Des têtes de bétail retrouvées mortes et mutilées principalement au états unis.






Depuis le premier cas signalé en 1967,10000 à 20000 têtes de bétail ont été retrouvées mortes et mutilées principalement au états unis. Les animaux gisent dans leurs milieux naturels : (champs, prés, prairies). Il semble que personne ne c'est aperçu de la tuerie. Pas de traces aux alentours. Certains sont entièrement vidés de leur sang et de tout fluide vital .Les organes vitaux manquent, les os sont brisés à plusieurs endroits. Dans cette affaire l'insolite règne. Après analyse (des cadavres, des alentours et des témoignages) ont constate quelques faits étranges:

- La langue et Les organes sexuels ont été prélevé de façon chirurgicale avec précision.
- Le rectum laisse place à un trou béant.
- Il manque parfois un ou deux yeux
- Certaines plaies sont cautérisées
- Le scalpel et le laser semblent avoir été utilisés
- La multitude d'os cassés fait penser à une chute.
- Des témoins ont vu des hélicoptères noirs non immatriculés voler au-dessus des lieux
- On a retrouvé certaines traces parallèles ressemblant étrangement aux sabots d'hélicoptère.
- Il n'y a pas de traces de morsures ce qui exclut la thèse de l'animal prédateur
- Quelques observations font états de la présence d'ovni avant la découverte des cadavres.
- Un niveau anormalement élevé de radiation a été détecté sur les lieux et cela avant que quiconque ne touche l'animal.
- Les animaux sont parfois marqués sur le dos par des taches visibles en lumière ultraviolette pour être repérables de nuit par les intervenants.
- Un opérateur au sol effectue rapidement les prélèvements d'organes après découpage avec un instrument tranchant (voir fig. 6-a), un scalpel classique, au laser ou à ultrasons. La bête peut être vidée de son sang par une ponction. L'opérateur ne laisse pas de traces de pas ou de véhicule au sol, utilisant un équipement approprié.









Il semblerait, d'après les affirmations de la police et vétérinaires que les mutilations ont été réalisées avec une précision chirurgicale, ce qui exclu l'utilisation d'un couteau. Le laser pourrait être une explication mais difficilement utilisable dans un champ, sans que personne ne le remarque. Une vache possède de onze à quinze litres de sang.

Pour la vider entièrement il faudrait couper le cou de la bête, la suspendre tête en bas, et attendre qu'elle se vide, sachant que le cœur doit continuer de battre. Le fait que de nombreux os soient brisés sur tout le corps fait penser à une chute de plusieurs mètres. Certains pensent que ces agissements seraient le fait de sectes aux cultes plus ou moins sataniques. Cela peut être aussi des expériences de laboratoires privés ou les militaires et leurs armes chimiques.







La thèse extraterrestre paraît assez improbable parce que tous les cas se déroulent sur le continent américain, il n'y aurait pas de fait similaire en Europe, ni ailleur dans le monde. Un physicien obtient une explication de certains indiens : "le peuple des étoiles sait ce qu'il fait, il faut les laisser faire". Aujourd'hui encore, les cas de mutilations existent toujours, la police classe systématiquement les dossiers et conclu le plus souvent aux rites sataniques, agissement de sectes, ou de malades mentaux. Le gouvernement Américain a investit des milliers de dollars pour enquêter sur le phénomène des mutilations d'animaux aux USA sans que rien ne filtre.







Le bétail n'est plus l'unique victime de mutilations. D'autres espèces se voient confronter à ces atrocités inexpliquées. Outre la volonté de l'armée américaine d'entretenir la croyance aux extraterrestres, il doit exister d'autres mobiles que chacun est libre d'imaginer : entraînement en réel des commandos mais aussi des services de désinformation, test d'armes chimiques et bactériologiques ou à micro-ondes, éradication discrète d'un virus bovin ( la vache folle ? ) etc.

Cependant, la plus plausible hypothèse quant au mobile est celle d'une évaluation par l'armée américaine des retombées radioactives sur l'environnement à la suite des centaines d'essais nucléaires effectués depuis les années 50 et dont on sait que certains furent contaminants (recherches de David Perkins, de Richard Sauder…).









L'examen de certains organes de bétail herbivore permettrait d'évaluer le taux de radioactivité du sol dans les régions où le vent avait propagé de gigantesques nuages radioactifs.

En janvier 1993, un rapport de l'agence américaine de protection de l'environnement a affirmé la nécessité d'exercer un contrôle des animaux destinés à la consommation qui broutaient près des sites à risques de contamination tels que les anciennes zones d'essais nucléaires, les mines d'uranium et les dépôts de déchets. Ce contrôle devait se faire à partir de sang et d'organes prélevés. Mais pourquoi ne pas prélever discrètement ces organes dans les abattoirs ? On a suggéré que les animaux devraient peut-être d'abord recevoir une injection et être marqués avant de procéder ultérieurement au prélèvement des organes, mais cela reste jusqu'à présent spéculatif.

Il est difficile ici de résister à la tentation de rapprocher ces tests animaux des prélèvements de sécrétions effectués sur les victimes d'enlèvement extraterrestre, auquel cas ces milliers d'enlèvements ne seraient qu'une autre mise en scène de l'armée américaine. Cela semble très improbable, bien qu'il soit prouvé que des enlèvement d'humains furent montées par l'armée. Le concept de MILAB (Military abduction) est en fait apparu il y a quelques années à la suite des recherches de Helmut Lammer qui se base sur les récits d'enlèvement où des militaires sont impliqués, parfois au côté des extraterrestres. Une fois n'est pas coutume, il semble que les militaires soient ici innocents des crimes dont on les accuse.

Dans certains états américains, les fermiers mécontents se regroupent en milices d'autodéfense armées de fusils et ils tirent sur tout ce qui survole leurs champs la nuit. Des arrêtés d'interdiction de vol de nuit ont donc été pris dans certaines régions.

En octobre 1975, deux bêtes mutilées furent découvertes près de l'entrée de l'usine de fabrication d'armes nucléaires de Rocky Flats située à proximité de Denver, tandis qu'en août 1976, un autre animal était trouvé à l'entrée du quartier général du NORAD (North American Defense Command) au Colorado. Une fois encore, aucun farceur ne pourrait se prévaloir d'avoir pu réaliser un canular dans ces zones sous haute surveillance militaire et les coupables sont tout désignés (même si les tenants de l'hypothèse extraterrestre considèrent pour leur part que ce sont les extraterrestres eux-mêmes qui viennent ainsi nous rappeler le pacte secret qu'ils auraient signé avec l'armée américaine pour pouvoir effectuer librement des prélèvements biologiques sur le bétail…).

Si le pot aux roses venait à être découvert, comment l'armée américaine pourrait-elle se disculper de ses activités scandaleuses aux yeux des fermiers, et pourrait-elle accepter d'assumer ses responsabilités tant par rapport à la contamination nucléaire des populations que par rapport à ses agissements clandestins et illégaux ? Il est clair que cela peut prendre des dizaines d'années de dénégations officielles avant que des preuves tangibles ne soient enfin disponibles et que l'armée ne reconnaisse sa participation aux mutilations. Elle aura veillé auparavant à réduire progressivement le nombre de mutilations perpétrées pour diminuer l'importance du sujet aux yeux du public, jusqu'à son oubli. Ultérieurement, l'armée pourra invoquer l'éradication discrète d'un virus bovin mentionnée, en exhibant la " preuve " que les derniers cas de mutilation concernaient bien des vaches contaminées, alors qu'il s'agit en réalité le plus souvent d'animaux sains. Bien sûr, il sera impossible de vérifier que tous les animaux mutilés étaient effectivement contaminés, et les médias devront se satisfaire de cette explication qui devrait permettre d'enterrer l'affaire


http://secretebase.free.fr


Des mutilations près de chez vous?????

Jeudi 26 janvier 2006 à 23:38

Vulcain, la planète introuvable



En constatant les irrégularités de l'orbite de Mercure autour du Soleil, plusieurs astronomes du XIXe siècle ont admis que le système solaire comptait une planète supplémentaire : Vulcain se serait trouvée entre Mercure et le Soleil. Avaient-ils raison ? Einstein ne leur a pas donné tout à fait tort…


Le mystère de Vulcain commence le 26 mars 1859 : ce jour-là, un astronome amateur, le docteur Lescarbault, observe le Soleil à travers un petit télescope. Soudain, il aperçoit une petite tache noire qui tranche nettement sur la lumière éblouissante de notre astres et qui se déplace lentement à la surface du disque.


Pour lui, il n'y a aucun doute : il vient de découvrir une nouvelle planète. La tache était trop rapide pour n'être qu'une simple tache solaire, et il ne peut être question de Mercure ni de Vénus, les deux planètes considérées jusque-là comme les plus proches du Soleil.


La tache noire semblant posséder une tesse de rotation autour du Soleil supérieure à celle de Mercure, le docteur Lescarbault en conclut logiquement que sa « planète » baigne dans les environs immédiats de l'atmosphère solaire et qu'elle est extrêmement chaude. Il la baptisé alors Vulcain, du nom du dieu du Feu chez les Romains.


Cette découverte n'est pas une surprise pour Urbain La Verrier, une des sommités scientifiques françaises de l'époque. Quelques années avant l'observation de l'astronome amateur. Le Verrier a étudié les effets de l'attraction de chaque planète sur la trajectoire des autres planètes. Dès le début de ses travaux, il constate une anomalie : l'orbite de Mercure pivote sur son axe. Quelque chose vient fausser la régularité de la course de la planète autour du Soleil.






L'astronome Urbain Le Verrier, dont les calculs ont laissé penser qu'il pouvait exister une planète entre Mercure et le Soleil.

Pour le célèbre astronome, ce « quelque chose » ne peut avoir que trois explication : ou tous les calculs sur la masse de Vénus sont faux ; ou ceux – et les iens en particulier – sur le pouvoir d'attraction de Mercure sont également faux ; ou bien il existe, entre le Soleil et Mercure, une planète inconnue…


Le Verrier se désintéresse rapidement de ces hypothèses pour se consacrer à une autre anomalie, similaire, détectée dans l'orbite d'Uranus, la planète la plus lointaine du Soleil connue à l'époque. Ses calculs le conduiront à découvrir Neptune, l'avant-dernière du système solaire.


Aussi, quand le docteur Lescarbault annonce triomphalement qu'il vient de découvrir une planète entre Mercure et le Soleil, le savant n'est pas surpris. Il n'en reste pas moins méfiant. Pour vérifier les dires de Lescarbault et « tester » son matériel, il prend une fausse identité et lui rend visite. Après ce premier contact, Le Verrier est convaincu : Vulcain existe bien. Il calcule que la nouvelle planète se trouve à 21 millions de kilomètres du Soleil, soit à environ un tiers de la distance entre Mercure et le Soleil et à un septième de la distance entre la Terre et le Soleil. Selon l'astronome qui à découvert Neptune, Vulcain tournerait autour du Soleil en dix-neuf jours et dix-sept heures.


Voilà qui est précis ! Le Verrier va même plus loin : il précise que la trajectoire de Vulcain est, comme celle de Mercure, « inclinée ». Elle ne traverse pas régulièrement le disque solaire. Il n'en prédit pas moins la prochaine apparition de Vulcain pour le mois de mars ou d'avril 1860. Pendant deux mois, les astronomes du monde entier scrutent en vain le ciel. Ils ne voient rien. Le Verrier pense que le passage de Vulcain a eu lieu la nuit, à un moment où le Soleil n'était pas visible…


En mars 1862, on redécouvre Vulcain. Un astronome amateur anglais revoit un point noir traverser la surface solaire en un lieu qui vient corroborer l'observation du docteur Lescarbault. A partir de ce témoignage, deux astronomes français calculent de nouveau l'orbite de Vulcain. Radau estime que Vulcain est à peu plus de 21 millions de kilomètres du Soleil, ce qui lui ferait faire une révolution complète en dix-neuf jours et vingt-deux heures. De son côté, Valz trouve un peu plus de 19 millions de kilomètres et seulement dix-sept jours et treize heures de révolution autour du Soleil. Des résultats plutôt proches de ceux de La Verrier.


Vulcain devient une planète quasi officielle. Pour mieux l'observer, les astronomes se donnent rendez-vous en juillet 1878 : ce jour-là, une éclipse complète du Soleil sera parfaitement visible des Etats-Unis. Il sera alors temps de vérifier les dires de ceux qui croient à Vulcain.






James Craig Watson

Le 29 juillet 1878, une étoile inattendue apparaît dans les environs du Soleil. Le professeur James C. Watson, le directeur de l'observatoire d'Ann Arbor, aperçoit un astre inconnu à deux degrés et demi du Soleil. Un amateur expérimenté, déjà découvreur de plusieurs comètes, en remarque deux, à trois degrés au sud-ouest du Soleil. Il identifie l'une de ces étoiles comme Theta du Cancer. L'autre ne peut donc être que Vulcain …


Les deux hommes s'accordent sur la couleur rouge de Vulcain. Pour James C. Watson, qui a bénéficié d'un matériel plus sophistiqué que celui de son cllègue amateur, l'astre aperçu avait une forme de disque bien définie et tout l'aspect d'une planète. Dans plusieurs livres, on énonce alors la liste des planètes en commençant par Vulcain !






L'astronome américain Simon Newcomb (1835-1909). Un des premiers à mettre en doute l'existence de Vulcain.

Tous les astronomes ne sont pourtant pas convaincus. Un des plus sceptiques est Simon Newcomb, un théoricien américain des orbites célestes. Ce savant est passé dans l'histoire comme étant celui qui a toujours soutenu – même après la démonstration des frères Wright !- qu'il était tout à fait impossible de voler pour un objet plus lourd que l'air… Néanmoins, ses calculs d'astronomie pure étaient remarquablement précis et ils allaient être vérifiés et confirmés des dizaines d'années plus tard.


Pour Newcomb, des observations d'amateurs ne pouvaient être prises au sérieux quand des dizaines d'observatoires très bien équipés scrutaient le ciel tous les jours et ne trouvaient rien. Pour lui, les taches prises pour Vulcain n'étaient que de vulgaires taches solaires, phénomène découvert au cours de la première moitié du XIXe siècle et bien connu des astronomes à cette époque.


En France, d'autres autorités scientifiques émettent des doutes sur les observations réalisées avec un matériel aussi primaire que celui du docteur Lescarbault. Le Verrier lui-même avait mis en garde contre « les défauts des instruments utilisés et les erreurs auxquelles ils pouvaient conduire ».


En 1891, Lescarbault déclare à l'Académie des sceinces qu'il a découvert une nouvelle étoile dans la constellation du Lion. Après vérifications, il ne s'agit que de… Saturne ! De là à songer que son observation de Vulcain est à reconsidérer, il n'y a qu'un pas que de nombreux savants franchissent allègrement, et, à propos de sa « tache noire » sur le Soleil, on parle d'oiseau ou d'impureté dans le téléscope !


En examinant de plus près les observations faites au cours de l'éclipse de 1878, on s'aperçoit qu'elles étaient manifestement floues et imprécises. Watson et Swift, l'amateur, ont tous deux vu quelque chose. Mais quoi ?






Lewis Swift

Un argument logique vient achever de ruiner la croyance en l'existence de Vulcain : tous ceux qui ont prétendu avoir vu la fameuse planète en ont parlé comme d'un astre très pâle, un des plus pâle du ciel. Or, selon Le Verrier, pour perturber à ce point Mercure, il faudrait que l'hypothétique planète soit au moins trois ou quatre fois plus lourde que Mercure.


Aussi lourde et aussi proche du Soleil, Vulcain devrait être au moins aussi brillante que Vénus, qui est l'astre le plus brillant du ciel (dix fois plus que Sirius, la plus lumineuse des étoiles). Au moment des éclipses solaires, on ne devrait donc plus voir que Vulcain dans le ciel, et il serait étonnant, alors que des éclipses solaires se produisent tous les ans, que personne n'ait jamais aperçu cet astre.


Il reste donc à comprendre pourquoi, en l'absence de planète inconnue, l'orbite de Mercure est ainsi perturbée. Jusqu'aux travaus d'Albert Einstein, ce phénomène devait demeurer inexpliqué. Avec la théorie de la relativité, qui pose une nouvelle loi de la gravitation, tout peut s'expliquer. Et Vulcain réapparaît, mais sous une autre forme !


Avec la théorie d'Einstein – confirmée par des milliers d'études -, il ne peut y avoir de planète entre Mercure et le Soleil. En revanche, plus près de Mercure que du Soleil, il peut exister de minuscules planètes, dont l'influence expliquerait les anomalies de l'orbite mercurienne.


Ces planètes seraient semblables aux astéroïdes qui existent entre Mars et Jupiter : il s'agirait de petites masses de rocs, longues de 10 à 15 km, dont le rayonnement est trop faible pour être vu par un œil humain. En 1979, une équipe d'astronomes américains a extimé qu'il pourrait exister un essaim composé de 1 million de ces astéroïdes à la limite de l'atmosphère solaire ; ensemble, ils pourraient constituer une sorte d'anneau comparable à l'un de ceux qui entourent Saturne.







L'observatoire du docteur Lescarbault, qui, en 1859, a cru découvrir Vulcain.

Pour étudier ces astéroïdes, l'astronome Henry C. Courten a pris des photographies au cours d'une éclipse : elles laissent penser que ces masses minérales sont « dominées » par un grand astéroïde qui aurait 200 à 800 km de diamètre. Cette découverte, qui demande à être confirmée, pourrait expliquer les déviations de l'orbite de Mercure par l'influence de ce petit Vulcain, que renforceraient des millions de minuscules Vulcain disséminés tout autour…
Ainsi, nous aurions 1 million de planètes qui tournent autour du Soleil, jusqu'à s'écraser dans sa lumière, à la manière des étoiles filantes qui viennent mourir dans notre atmosphère.


Il faudra sans doute attendre les informations sur la « banlieue » du Soleil que transmetteront des sondes solaires pour connaître enfin la vérité sur Vulcain, la planète découverte par des astronomes amateurs ?


http://www.heaven-vs-darkness.net

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | Page suivante >>

Créer un podcast