slipkornt

Where Is The Truth?

Lundi 12 décembre 2005 à 22:27

L'affaire de Tully
Queensland, Australie 1966


 



Je vais vous présenter une nouvelle affaire d'apparition d'OVNI.
L'apparition s'est déroulé en Australie à Tully, Queensland, le 19 janvier 1966.


Il est 9 heures du matin, la journée est ensoleillée.
Sur une propriété de canne à sucre, qui se trouve à 1000 km au Nord de Brisbane, qui s'étend en bordure d'un marais appelé Horshoe Lagoon, en forme de fer à cheval, comme son nom l'indique.


Georges Pedley est sur son tracteur lorsqu'il croit entendre son moteur des ratés. Il se penche alors, et entends un sifflement, il croit à un pneu crevé. Mais, au même moment, il voit sortir du cœur des marées un immense objet argenté en forme de disque qui monte légèrement en vacillant et disparaît dans une forte accélération vers l'Ouest.


Le fermier se dirige rapidement vers l'endroit où il a vu sortir l'objet inconnu. Il traverse le champ de canne à sucre, les marais, avec des herbes d'une hauteur de deux mètres, deux mètres et demi.
Il tombe sur un grand cercle complètement dégagé et envahi par l'eau qui tourbillonne lentement. Au bord, se découpe une plaque de roseaux géants couchés dont une petite portion semble avoir été tondue à ras, les tiges sectionnées ont été emportées !


Georges Pedley reviendra plusieurs fois dans la journée sur le lieu de l'atterrissage qui se transforme sensiblement au fil des heures.
Une couche de végétation remonte des eaux profondes. Les roseaux qui y sont couchés rayonnent, tout en ayant un mouvement rotatif qui va dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Peu de temps après, les plantes se mettent à brunir en surface.
Les analyses ont pu révéler que le changement de coloration s'est effectué à un rythme très élevé.


Dans l'après-midi, Georges Pedley amène le propriétaire sur les lieux, et prend des photos.
Le "nid", comme on l'appellera plus tard montre l'image d'un OVNI de 10 m de diamètre. Le centre de la trace semble avoir été creusé par une protubérance centrale d'environ 2 m de diamètre et de 0.50 m d'épaisseur.



Voilà, encore une fois, une nouvelle histoire d'apparition d'OVNI qui vous est révélé.


Matiafis


Je vous présente une photo qui a été prise sur les lieux... Sa qualité laisse a désirée...


 



http://www.heaven-vs-darkness.net

Vendredi 2 décembre 2005 à 14:28

Boules de feu dans le ciel allemand: des OVNI?

De nombreux cas d’observations de boules de feu gigantesques dans le ciel d’Allemagne la semaine dernière ont donné naissance à des rumeurs d’OVNI. Les scientifiques répliquent qu’il pourrait s’agir d’une pluie de météores.

Selon le site web de la NASA, de telles boules de feu ont été aperçues ailleurs dans le monde et pourraient aussi signifier que la Terre orbite actuellement à travers une nuée de débris de l’espace.

«Plusieurs personnes ont pu observer ces boules de feu en Allemagne», a déclaré Werner Walter, un astronome amateur de Mannheim qui tient un site web sur les phénomènes astronomiques inexpliqués et gère une ligne téléphonique dédiée aux rapports d’observations d’OVNI.

«La dernière observation du genre est survenue jeudi à 19:30 (1830 GMT) dans un corridor près de la frontière de la Hollande», a-t-il expliqué à Reuters dans une entrevue téléphonique.

«Nous avons reçu cette semaine au moins une quinzaine de courriels et téléphones de personnes ayant aperçu ces boules de feu.»

En plus d’une pluie de météores, Walter a évoqué la possibilité que ce blitz d’objets lumineux puisse être le résultat de l’entrée dans l'atmosphère d’un satellite et sa désintégration subséquente.

«Il pourrait aussi s’agir d’OVNI, qui sont après tout, des choses que nous ne pouvons expliquer.»

Le site web scientifique de la NASA (http://science.nasa.gov) mentionne des rapports d’observations de boules de feu au-dessus des États-Unis, du Canada, de l’Irlande du Nord et du Japon. On peut même trouver sur le site des images de ces boules de feu.

Walter décrit le phénomène ainsi: «Se sont d’énormes boules de feu de couleur qui traversent le ciel à la vitesse de l’éclair.»

Le site web de la NASA cite cependant un expert en météorites, David Asher, de l’observatoire d’Armagh en Irlande du Nord, selon qui «les gens voient probablement la pluie de météores des Taurides.»

Les Taurides sont des météorites qui traversent le ciel à partir de la constellation du Taureau, phénomène qui connaît son apogée à la fin d’octobre et au début de novembre.


http://www2.canoe.com

Vendredi 2 décembre 2005 à 14:10

Visiteurs extra-terrestre: les scientifiques voient une grande probabilité


Il y a des décennies, c'est le physicien Enrico Fermi qui considérant la question de civilisations extra-terrestre avec des amis théoriciens, lors d’un dîner, a lâché le fameux quolibet: « Où sont-ils? » cette question est plus tard devenue centrale pour débattre du compte de recensement cosmologique de gens d’autres planètes et de possibles visiteurs extraterrestres (ET)venus de loin


Plus tard, on a appelé la rumination de Fermi sur le sujet « le paradoxe de Fermi »c'est une histoire qui circulait dans les années 1950 lorsque le scientifique a entamé le sujet dans les discussions avec des collègues à Los Alamos, Nouveau Mexique. Les réflexions concernant la probabilité de planètes semblables la terre, l’ascension de civilisations hautement avancées « en dehors d'ici », et les voyages interstellaires—Il demeure difficile de répondre au paradoxe de Fermi aujourd'hui encore.





Aujourd'hui un groupe de scientifiques américains a noté que les récentes découvertes astrophysiques suggèrent que nous pourrions nous trouver nous-même au milieu d'une ou plusieurs civilisations extra-terrestres. De plus ils argumentent que cela est une erreur de rejeter tous les rapports sur les ovnis puisque des preuves de visiteurs extra-terrestres théoriquement prédites pourraient juste être trouvées ici.


Les chercheurs font leur suggestion dans le sujet du Journal of the British Interplanetary Society (JBIS).de janvier/ février 2005.


Prenez n'importe quel bon magazine de science et vous êtes sûr de voir la dernière idée casse tête à propos de la théorie des super cordes ......, de trous de ver, ou de l'extension de l'espace-temps lui-même. En attendant, la détection planétaire extra solaire est à deux doigts de devenir ordinaire.


« Nous sommes dans une situation curieuse aujourd’hui, là ou nos meilleurs théories physiques et astrophysiques prédisent que nous devrions faire l'expérience d’une visite extra terrestre, toute preuve possible d’une telle menace dans le phénomène des OVNIS est l’objet de risée à l'intérieur de notre communauté scientifique. » conteste l'astrophysicien Bernard Haisch.


Haisch,avec les physiciens James Deardorff, Bruce Maccabee et Harold Puthoff, donnent leurs arguments dans l'article JBIS " Théorie-Inflation-Implications pour la visite Extraterrestre."


Les scientifiques désignent deux découvertes clés faites par les astronomes australiens et rapportées l'année dernière qu’il y aurait « une zone galactique habitable » dans notre voie lactée-- et d'une manière plus importante que la propre étoile de la terre, le soleil, est relativement jeune comparée à l’étoile moyenne dans cette zone-- d'autant qu'un milliard d'année.


Par conséquent, les chercheurs expliquent dans leur article JBIS que la civilisation extra terrestre moyenne devrait être beaucoup plus avancée et devrait avoir découvert la terre depuis longtemps. De plus, d'autres travaux de recherche sur la supposition à l'origine du Big Bang—connue comme la Théorie de l'inflation-- étaye la perspective, qu'ils ont proposée, que notre monde est immergé dans une civilisation extra-terrestre beaucoup plus grande.


Distances point pour point


Etant donné la physique avancée de milliards d'année, un bourdonnement autour de la galaxie n’est-il pas possible ?


Encore aujourd'hui la théorie des super cordes fait l’hypothèse d'autres dimensions, qui peuvent être des univers habitables adjacents au nôtre, spéculent les chercheurs. Il pourrait aussi être possible d’approcher la vitesse de la lumière en se déplaçant en dedans et en dehors de ces dimensions


« Ce que nous avons fait est en quelque sorte une percée, » a dit Haisch à SPACE.com. » Nous avons fait la synthèse de diverses découvertes récentes et des questions théoriques qui indiquent collectivement la forte probabilité que nous devrions êtres au milieu de l'une des plus immense civilisations extra-terrestre, » a-t-il dit.


Haisch a dit que les possibilités de dimensions des super cordes et de trou de ver et d’extension d'espace temps abordent l'objection « on ne peut pas arriver ici de là » souvent mise en avant en vue des distances interstellaires, point pour point impliquées. Aussi, des modèles de diffusion prédisent que même une seule civilisation pourrait s’étendre à travers la Galaxie dans une toute petite fraction de l’age de la Galaxie – même à des vitesses en deçà de la lumière, a-t-il dit.


La signature des extra-terrestres dans les données


Est-ce que la communauté scientifique peut elle-même en arriver à considérer toute preuve venant de mystérieux aperçus de choses étranges par le public?


Dans une large mesure, la communauté scientifique a apparemment considéré la visite d'extra-terrestre comme une baliverne loin d’être sérieuse pour qu’on y réfléchisse. Pourquoi?


« La révocation a plusieurs causes, chacune renforçant l'autre », a répondu Haisch. « la plupart des observations sont probablement de fausses interprétations, des illusions et des canular. J'ai vu des personnes devenir confuses devant Vénus ou encore Sirius lorsqu'elles étincellent de couleurs bas dans le ciel dans les bonnes conditions. Ayant été rebutés par cela, beaucoup de scientifiques ne se sont jamais souciés de chercher plus loin et sont joyeusement ignorants qu’il peut y avoir là quelque chose » a-t-il dit.


Deardorff, l'auteur principal de l'article du JBIS, fait remarquer dans une déclaration de presse: « cela demanderait un peu d’humilité à la communauté scientifique pour suspendre son jugement et prendre au moins certains des témoignages de haute qualité et investiguer … mais j’espère que nous pouvons nous-même arriver à faire cela. »


Selon Haisch, il y a une motivation pas seulement pour la tolérance scientifique sur la question des extra-terrestres, mais une forte prédiction scientifique qu'il doit y avoir quelque signature véritable d'extra- terrestre dans la donnée.


« Cela change potentiellement la relation du phénomène des OVNI à la science de façon significative. Cela enlève le préjudice « pas inventé ici » indiquant qu'un « oui » à la visite ET est exactement la tendance sur laquelle nos théories physique et astrophysiques devraient s’entendre comme la situation la plus probable » a conclu Haisch.


Source: http://www.space.com/searchforlife/et_betterodds_050114.html

Vendredi 2 décembre 2005 à 13:55

L’ovni provenait d’une station de broyage



L’objet insolite, qui a pénétré la case d’un Tamponnais lundi après-midi, a été identifié. Loin d’être l’élément d’un avion, il s’agit en fait d’un marteau de la station de la broyage des végétaux, située à trois cents mètres. La Communauté des communes du Sud attend les résultats de l’expertise. L’habitant de Terrain Fleuri souhaiterait un mot d’explication des responsables.


C’est de la station de broyage des déchets végétaux que viendrait cette pièce.



  • C’est de la station de broyage des déchets végétaux que viendrait cette pièce.


    Le mythe s’effondre, les supputations extravagantes sont stoppées nettes... La chute de cette histoire insolite est un peu décevante. L’objet retrouvé lundi après-midi vers 14 h 30 dans le salon d’un Tamponnais n’est autre qu’un élément de la station de broyage rue Kerveguen dans le quartier Terrain Fleuri. En tout ce sont quatre éléments similaires qui ont été disséminés dans la nature dont un chez ce professeur du Tampon. Comment cet objet précisément aurait-il pu voler ainsi sur trois cents mètres, s’écraser sur un toit et le transpercer pour atterrir dans une case ? “En voyant la photo dans la presse, un des mes agents s’est aperçu qu’il s’agissait d’un marteau de la machine à broyer”, raconte André Duprey, directeur général de la Communauté de Communes du sud. “Lundi, quelqu’un a introduit une pièce métallique dans un espace réservé aux végétaux. Et les employés ne s’en sont pas rendus compte”. Le lendemain, le corps étranger en question aurait bloqué le système avant d’être propulsé à plusieurs dizaines de mètres de là. “On n’a pas encore tout vérifié mais cette version semble la plus vraisemblable”, poursuit André Duprey.


    Aucune excuse


    Cet incident est à prendre au sérieux. Toute la problématique repose sur les conséquences que ce jet inattendu de métaux coupants aurait pu engendrer. Il est primordial d’identifier les causes d’un tel fait pour éviter qu’il ne se reproduise. L’assurance va missionner un expert sur la station de broyage pour établir la vérité. Toujours est-il que nulle certitude n’est établie. “C’est un mal pour un bien, on n’avait pas évalué ce type de danger. On est obligé d’agir”, reconnaît le directeur général de la Communauté des communes du Sud. Une première bonne action aurait été déjà de fournir des explications à la “victime” tamponnaise qui doit réparer son toit. Une plainte a été déposée à la brigade. La CCSud n’a pas bronché, comme si rien ne s’était passé. “Ils ne m’ont pas appelé et ils n’ont pas d’excuses, c’est une manière de faire un peu cavalière”, déplore cet habitant du Tampon. “D’autre part, j’ai appris que trois autres marteaux ont également jailli dans l’action. C’est édifiant cette histoire ! Chez eux l’expert va venir, chez moi, personne”, conclut l’habitant du Tampon, sèchement.


    http://www.clicanoo.com

  • Vendredi 2 décembre 2005 à 13:06











    Mars: de l'eau dans le sous-sol





    - Mars et la sonde Mars Express - F3 -

    Mars et la sonde Mars Express - F3
    De la glace d'eau se trouve dans le sous-sol de la planète rouge, révèlent les dernières observations de Mars Express


    Selon les analyses de la sonde de l'Agence spatiale européenne, de grandes quantités d'eau couvraient une partie de l'astre peu après sa formation et de la glace d'eau se trouve encore dans les couches souterraines de son Pôle nord.

    Ces découvertes relancent l'espoir de trouver des traces de vie, passée ou présente, sur Mars.


    Selon la revue scientifique américaine "Science", la sonde européenne Mars Express, a plongé à un kilomètre à l'intérieur du sol de Mars grâce aux instruments de son antenne "Marsis" (Mars  Advanced Radar for Subsurface and Ionospheric Sounding).

    Cette exploration a révélé pour la première fois que la partie supérieure de ces couches souterraines serait principalement formée de glace d'eau "presque pure" (seulement 2% d'impuretés).

    Plus profond encore, il y aurait du sable sans doute "cimenté" par de la glace d'eau, a encore précisé dans son étude l'équipe du Pr Giovanni Picardi, de l'Université de Rome. La glace, selon les scientifiques, aurait une température  inférieure à 240 kelvin (-33 degrés Celsius).

    Le sous-sol de la planète rouge n'avait jamais pu être analysé avant la mise en route des instruments "Marsis". Les observations sont réalisées lorsque Mars Express passe à une altitude de 250 à 800 km au-dessus de la planète, soit environ 26 minutes toutes les 6,7 heures, durée de l'orbite de la sonde.

    Une autre équipe de chercheurs utilisant l'instrument "Omega" de Mars Express a montré que de l'eau se trouvait en grande quantité sur la planète peu de temps après sa formation, il y a près de 4 milliards d'années.

    La plupart des scientifiques sont désormais d'accord pour dire que la planète rouge, qui s'est formée comme la Terre il y a quelque 4,6 milliards d'années, a été très humide à un moment donné de son histoire.

    Mais la nouvelle étude, réalisée à partir des observations de Mars  Express, fait remonter la présence de "quantités d'eau  substantielles" à la fin du Noachien, une époque géologique qui s'est terminée il y a 3,5 à 3,8 milliards d'années.

    Des conditions comparables à celles de la Terre existaient peut-être sur Mars bien anterieurement à 3,5 milliards d'années. La présence de glace d'eau près de la surface peut laisser espérer que de  micro-organismes y soient un jour trouvés, et celle d'argiles associées à l'existence d'eau liquide il y a longtemps sur la planète peut laisser imaginer que des fossiles y seront découverts.


     



    http://cultureetloisirs.france3.fr

    << Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | Page suivante >>

    Créer un podcast