slipkornt

Where Is The Truth?

Vendredi 2 décembre 2005 à 13:55

L’ovni provenait d’une station de broyage



L’objet insolite, qui a pénétré la case d’un Tamponnais lundi après-midi, a été identifié. Loin d’être l’élément d’un avion, il s’agit en fait d’un marteau de la station de la broyage des végétaux, située à trois cents mètres. La Communauté des communes du Sud attend les résultats de l’expertise. L’habitant de Terrain Fleuri souhaiterait un mot d’explication des responsables.


C’est de la station de broyage des déchets végétaux que viendrait cette pièce.



  • C’est de la station de broyage des déchets végétaux que viendrait cette pièce.


    Le mythe s’effondre, les supputations extravagantes sont stoppées nettes... La chute de cette histoire insolite est un peu décevante. L’objet retrouvé lundi après-midi vers 14 h 30 dans le salon d’un Tamponnais n’est autre qu’un élément de la station de broyage rue Kerveguen dans le quartier Terrain Fleuri. En tout ce sont quatre éléments similaires qui ont été disséminés dans la nature dont un chez ce professeur du Tampon. Comment cet objet précisément aurait-il pu voler ainsi sur trois cents mètres, s’écraser sur un toit et le transpercer pour atterrir dans une case ? “En voyant la photo dans la presse, un des mes agents s’est aperçu qu’il s’agissait d’un marteau de la machine à broyer”, raconte André Duprey, directeur général de la Communauté de Communes du sud. “Lundi, quelqu’un a introduit une pièce métallique dans un espace réservé aux végétaux. Et les employés ne s’en sont pas rendus compte”. Le lendemain, le corps étranger en question aurait bloqué le système avant d’être propulsé à plusieurs dizaines de mètres de là. “On n’a pas encore tout vérifié mais cette version semble la plus vraisemblable”, poursuit André Duprey.


    Aucune excuse


    Cet incident est à prendre au sérieux. Toute la problématique repose sur les conséquences que ce jet inattendu de métaux coupants aurait pu engendrer. Il est primordial d’identifier les causes d’un tel fait pour éviter qu’il ne se reproduise. L’assurance va missionner un expert sur la station de broyage pour établir la vérité. Toujours est-il que nulle certitude n’est établie. “C’est un mal pour un bien, on n’avait pas évalué ce type de danger. On est obligé d’agir”, reconnaît le directeur général de la Communauté des communes du Sud. Une première bonne action aurait été déjà de fournir des explications à la “victime” tamponnaise qui doit réparer son toit. Une plainte a été déposée à la brigade. La CCSud n’a pas bronché, comme si rien ne s’était passé. “Ils ne m’ont pas appelé et ils n’ont pas d’excuses, c’est une manière de faire un peu cavalière”, déplore cet habitant du Tampon. “D’autre part, j’ai appris que trois autres marteaux ont également jailli dans l’action. C’est édifiant cette histoire ! Chez eux l’expert va venir, chez moi, personne”, conclut l’habitant du Tampon, sèchement.


    http://www.clicanoo.com

  • Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
     

    Ajouter un commentaire









    Commentaire :








    Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
     

    La discussion continue ailleurs...

    Pour faire un rétrolien sur cet article :
    http://slipkornt.cowblog.fr/trackback/333614

     

    << Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

    Créer un podcast