slipkornt

Where Is The Truth?

Dimanche 11 décembre 2005 à 20:18

LES PROPHETIES DE NOSTRADAMUS




Michel de Notre-Dame (1503-1566) est né au village de Saint-Rémy-de-Provence. En 1555, il publia ses premières « Centuries », à la suite desquelles le roi Henri II le fit venir à Paris. Catherine de Médicis, épouse du roi Henri II, compta au nombre de ses admiratrices, et Charles IX le prit comme médecin particulier.



Chacune des 10 Centuries comprend 100 quatrains de vers, à l’exception de la 7ème qui en comporte 42. (Il y eut des quatrains posthumes, la plupart étant des faux.)


Vlaicu Ionescu a insisté sur l’affiliation de Nostradamus à une confrérie initiatique chrétienne, et sur son appartenance à la lignée des philosophes hermétiques. Dans la préface des Centuries, Nostradamus insiste sur la discipline spirituelle de la tradition hésychaste orthodoxe. (Hésychasme : de « hesychia », tranquillité.) L’hésychasme était un mouvement chrétien, mystique, initiatique, de langue grecque, qui se distinguait par ses pratiques : prière répétitive, discipline respiratoire, méditation… Selon Ionescu, c’est au monastère d’Orval (monastère des Flandres fondé en 1070) que NostradamusNaurait été initié selon une technique spirituelle chrétienne similaire à celle du mont Athos. Ce monastère était fréquenté par de grands alchimistes. (1) Eric Platel d’Armoc considère, quant à lui, que Nostradamus « a été Grand Maître de l’Ordre de Sion, ordre très proche de la Rose-Croix et du Temple, où des exercices psychiques et spirituels devaient être pratiqués ». (2)




1. Obscurité du texte et difficulté d’interprétation



Les textes de Nostradamus se prêtent à de nombreuses interprétations, et c’est bien là que réside leur faiblesse. En 1956, le parapsychologue René Sudre, qui évoquait les interprétations de l’occultiste Piobb, stigmatisa l’obscurité et la banalité d’un texte qui peut servir à toutes fins. (3)


Pour aborder Nostradamus, note Ionescu, il faut connaître, outre les langues classiques et les langues latines, la culture du Moyen Age et de la Renaissance, ainsi que les conceptions cycliques des Anciens (notamment de Pythagore). Il distingue, dans la méthode « cryptologique » de Nostradamus, une vingtaine de figures d’occultations : anagrammes, ellipse (suppression d’un mot qui devient sous-entendu : « Tiers » à la place de « Tiers-Etat »), synecdoque (remplacement du nom d’une région entière par le nom d’une ville ou d’une rivière de cette région), antonomase (remplacement d’un mot par ce qui constitue sa qualité essentielle : la Russie est nommée « Boréas » car elle est par excellence un pays du nord - région boréale), symboles bibliques (tels que Sodome ou Babylone) ou historiques (Byzance, Rome), etc. (4)


Selon Eric Platel d’Armoc, il n’y a pas de quatrains qui se référent à des événements ayant eu lieu avant la 1ère parution des Centuries. (5) Ce point n’est pas, comme nous le verrons plus loin, partagé par tout le monde.


Que de choses n’a-t-on pas fait dire à Nostradamus, reconnaît Eric Platel d’Armoc, lequel ajoute :


« Combien de cataclysmes apocalyptiques ont été évoqués, sans qu’un seul ne se soit réalisé… » (6)


Il faut en effet éviter de confondre ce que le médecin provençal a voulu dire avec ce que lui ont fait dire ses multiples interprètes (qui, la plupart du temps, se contredisent mutuellement) ! Marie-Thérèse de Brosses précise que ses quatrains « sont rédigés de manière si obscure qu’ils offrent à l’imagination la même possibilité d’exprimer des fantasmes que les taches d’encre du test de Rorschach ». (7)


Selon Ionescu, une des fréquentes causes d’erreur pour les interprètes est leur manque de culture astrologique, beaucoup de faits mentionnés étant situés dans le temps par la position des planètes et des étoiles fixes. Mais il faut aussi savoir déchiffrer correctement les textes, car dans le cas contraire, on tombe par exemple dans les « prédictions astrologiques » fantaisistes de Maurice Châtelain, lequel « prévoyait », par exemple, la mort du Pape pour le 5 juillet 1985 ou la 3ème guerre mondiale pour le 5 février 1986 ! (8)


Prenons le cas du quatrain VI-74. Celui-ci est relatif, selon Ionescu, à la durée du régime soviétique. Diverses interprétations fantaisistes ont été données à ce quatrain : venue au pouvoir en France d’un parti de gauche devant tenir 3 ans et 70 jours (J.-C. de Fontbrune), référence à la reine Elizabeth I, morte en 1603 à l’âge de 70 ans (Charles Ward), 73 nazis condamnés à mort (Henry Roberts), le retour de Charles II sur le trône d’Angleterre (Theophilus Garancière, 1672), la Révolution française (Le Pelletier) !


Un cas particulièrement navrant est celui de Hewitt et Lorie, inventeurs d’une méthode d’interprétation farfelue consistant à faire des anagrammes élargies à toutes les lettres d’un quatrain. Ils annoncèrent ainsi, par exemple, l’élection d’un Pape anglais en 1995, sans oublier les allusions à des acteurs tels que Jane Fonda, Tom Cruise et Richard Gere ! (9)


Nombreuses sont, à vrai dire, les oppositions dans l’interprétation d’un quatrain. Le quatrain III-59, qui pour Ionescu est relatif à l’URSS, est attribué par J.-C. de Fontbrune à la conquête de l’Afrique. Le quatrain IV-32, qui a permis à Ionescu de prédire pour 1989 la ruine de l’Empire soviétique, a été interprété par J.-C. de Fontbrune comme étant une référence à l’enlèvement de Pétain ! J.-C. de Fontbrune avait notamment prévu l’invasion de la France par les Soviétiques, la destruction de Paris et de Genève, le saccage de Toulouse, l’établissement de la nouvelle capitale de la France en Avignon, l’assassinat de Jean-paul II à Lyon, l’invasion de la Grande-Bretagne par les Russes, une alliance russo-musulmane, l’utilisation d’armes nucléaires contre la Russie, etc., cette 3ème guerre mondiale devant durer 3 ans et 7 mois… Sans oublier le retour, jusqu’en 1999, de la monarchie, avec l’entrée du roi de France Henri V à Rome, lequel aurait dû gouverner en Avignon ! (10)


J.-C. de Fontbrune interpréta le quatrain 97 de la 2ème Centurie comme l’annonce de la mort de Jean-Paul II à Lyon :


Romain Pontife garde de t’approcher
De la cité que deux fleuves arrose :
Ton sang viendra auprès de là cracher,
Toy et les tiens quand fleurira la rose.


J.-C. de Fontbrune identifia la ville à Lyon, l’événement étant censé se produire lorsque la gauche (la rose) arriverait au pouvoir. (11) En 1986, Jean-Paul II se rendit à Lyon, mais il n’y eut point d’attentat meurtrier contre celui-ci. Yves Lignon, lui, évoque le décès à Valence (près de Lyon), le 29 août 1799, du Pape Pie VI ; les témoins rapportèrent qu’il admira, avant de mourir, les roses qui fleurissaient dans le jardin. (12) Que le quatrain concerné soit ou non relatif à Pie VI, une chose est sûre : la rose, dans ce quatrain, n’a évidemment rien à voir avec l’emblème du Parti Socialiste !


La citation suivante d’Alexandrian résume bien la pensée de ceux qui considèrent que les prophéties de Nostradamus n’ont aucune validité :


« Son œuvre a ceci de génial qu’elle contient assez de généralités, de chiffres, de noms ambigus, pour donner à chaque siècle l’illusion d’être concerné par elle. Mais un lettré, un historien sérieux voit bien qu’il parle de tout ce qui tracassait ses contemporains, les guerres de religion, l’Antéchrist, le Grand Monarque, le prochain déluge, tous ces événements étant précédés de comètes, d’éclipses, de naissances monstrueuses, signes auxquels on ne prête plus le même sens. Il est aberrant de croire qu’un homme, au sein du XVIe siècle, ait pu prévoir des changements politiques précis aux siècles suivants, et des caractéristiques de chefs d’Etat. Pour les théologiens, la prescience, connaissance infaillible du destin, n’appartient qu’à Dieu (et même les anabaptistes et les sociniens la lui contestaient en raison du libre arbitre qui rend les actions humaines imprévisibles). Admirons en Nostradamus une ingéniosité étonnante, des éclairs d’extra-lucidité prêtant à quelques coïncidences, mais non des dons qu’aucun homme n’est capable d’avoir, sinon l’humanité ne serait pas ce qu’elle est. » (13)




2. L’historien Nostradamus :



Certains quatrains, qui semblent attester la réalité du don de prophétie de Nostradamus, amènent à se poser la question suivante : s’agit-il de réelles prédictions ou de l’annonce d’événements déjà réalisés à l’époque de Nostradamus ? Pour Roger Prévost, les « prédictions » de ce dernier sont en fait des références à des événements qui se sont produits dans l’Histoire avant la mort de Nostradamus. Voici quelques exemples :


* Quatrain 35, 1ère Centurie :


Le Lyon jeune le vieux surmontera
En champ bellique par singulier duelle
Dans cage d’or les yeux lui crèvera
Deux classes une puis mourir mort cruelle.


Ce quatrain est interprété comme l’annonce de la mort, en 1559, d’Henri II, frappé par la lance du comte de Montgomery lors des joutes de la rue Saint-Antoine à Paris. C’est seulement en 1656 qu’Etienne Jaubert fit le rapprochement repris depuis par les commentateurs de Nostradamus. R. Prévost évoque, quant à lui, Byzance, où on avait l’habitude de crever rituellement les yeux de l’empereur déchu dans la tour d’Anemas, près de la Corne d’Or, à l’époque des Comnène. La scène se passe en 1204, lors du siège de la ville en proie aux rivalités des deux empereurs, « le vieux et le jeune Ange » (nom d’une grande famille de l’aristocratie byzantine au 12ème siècle), aux prises avec les croisés. On se reportera aussi aux deux premiers vers du quatrain 69 de la 8ème Centurie :


Auprès du jeune le vieux Ange baisser
Et le viendra surmonter à la fin. (14)


* Quatrain 20, 9ème Centurie :


De nuict viendra par la forest de Reines
Deux pars voltorte Herne la pierre blanche
Le moyne noir en gris dedans Varennes
Esleu cap. cause tempeste feu sang tranche.


Les commentateurs y ont vu l’annonce de l’arrestation de Louis XVI et de Marie-Antoinette, le 21 juin 1791, à Varennes-en-Argonne. Mais Vautorte et Ernée, ainsi que le lieu-dit « pierre blanche », sont localisés non en Argonne mais au nord de la Loire, dans une province qui fut, en 1562, le théâtre d’une guerre cruelle entre catholiques et protestants. Deux partis étaient en présence : Ernée, protégée de l’hérésie protestante par le duc de Guise et le cardinal de Lorraine, alors que J. de la Ferrière, seigneur de Vautorte, avait adhéré à la Réforme… De fréquentes rixes étaient suivies de meurtres et de pillages. Dans la région de Tours, existe un « Varennes », entre la Loire et le Cher. En 1557, le moine défroqué Richelieu avait été relevé de ses vœux et avait donc quitté l’habit « noir » des bénédictins pour le drap « gris ». En 1562, « il fut ‘élu’’, c’est-à-dire nommé par le roi, capitaine (cap. en abrégé) d’une compagnie d’arquebusiers », et il participa, sous les ordres du duc de Montpensier, « aux massacres qui ensanglantèrent la ville de Tours dont il fut nommé gouverneur ». Il mourut en 1576. Le dernier vers, « esleu cap. cause tempeste feu sang tranche », résume, note Prévost, « ses tristes exploits dans le cadre historique de l’année 1562 ».


* Quatrain 34, 9ème Centurie :


Le part soluz mary sera mitré
Retour conflict passera sur la thuille,
Par cinq cens un trahyr sera tiltré
Narbon et Saulce par coutaus avons d’huille.


On y a vu la suite de la fuite à Varennes, le roi « mitré » (coiffé du bonnet phrygien des révolutionnaires), l’attaque du palais des Tuileries après le retour des souverains, la trahison d’un noble, le ministre de la Guerre Narbonne, et l’intervention d’un marchand d’huile nommé Sauce. Or, ce quatrain peut s’appliquer à l’année 1503, au lendemain de la rupture de l’accord secret de partage de l’Italie entre la France et l’Espagne, à la suite de l’assaut lancé contre Naples et de la prise de la ville par le roi Ferdinand d’Aragon : « le part soluz » (« le partage rompu »).


« Le cardinal Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, qui dirige la politique étrangère de la France, est furieux, d’autant plus qu’il n’a pas obtenu la tiare qu’il espérait : ‘‘marri sera mitré’’, celui qui porte la mitre épiscopale est vraiment très mécontent. Le roi Louis XII, qui ne l’est pas moins, a décidé en ‘‘retour’’ (‘‘en riposte’’) de lancer une offensive militaire et a entrepris le siège de la ville de Salces à la frontière espagnole des Pyrénées, à quelques kilomètres de Narbonne. Mais cet assaut au pays des toits de tuiles (‘‘conflict passera sur la thuille’’) va tourner à sa confusion. En effet, l’opération a été mal préparée : les Espagnols raflent les approvisionnements destinés aux Français, sans provoquer de réactions du commandement. Aussi commence-t-on à s’étonner dans l’armée, à parler de trahison. »


On parlera ouvertement de trahison des chefs, « tant et si bien que le maréchal de Rieux, ‘‘sous qui étaient cinq cens hommes d’armes français’’, fut remplacé par le comte de Dunois, et que le maréchal de Gié, chargé de l’organisation, fut amené ‘‘à compte’’, et déféré au parlement de Toulouse ». Le ravitaillement de l’armée française était régi par une convention du 27 septembre 1503 qui prévoyait, entre autres, « 14 charges d’huile et 25 quintaux de chandelles »… (15)


* Quatrain 57, 3ème Centurie :


Sept fois changer verrez gent britannique,
Taints en sang en deux cens nonante an,
Franche non point par appuy germanique,
Aries double son pole bastarnan.


En 1921, un petit opuscule, publié à Berlin, aurait annoncé une seconde guerre mondiale pour 1939. L’auteur, un employé des postes nommé Loog, se référait au quatrain ci-dessus. On y lit que, par 7 fois, le peuple britannique changera. Une période de 290 ans y est mentionnée. D’après Loog, il fallait faire débuter cette période en 1649, date à laquelle le roi Charles 1er d’Angleterre fut décapité, et la république proclamée par Olivier Cromwell. (16) Jean-Charles de Fontbrune, qui ne mentionne pas Loog, compte, quant à lui, à partir de 1628 (siège de La Rochelle) pour aboutir à la guerre 1914-1918… (17) Nous avons ainsi deux versions distinctes. Mais Roger Prévost donne une 3ème version !


Ce dernier considère en effet que les deux premiers vers résument 290 ans de l’histoire d’Angleterre, de 1265 à 1555, « avec la succession de Simon de Montfort, Edouard II, Richard II, Henri VI, Edouard V, Richard III, et Jeanne Grey, tous décédés de mort violente ». A cette époque tragique, note Prévost, Nostradamus oppose les destins de la nation française (‘‘Franche’’, « qui se rapproche grammaticalement de ‘‘gent’’ »), cependant qu’en 1555 la menace turque « pèse sur l’Allemagne, l’Angleterre et la France, tous pays soumis, selon l’astrologue arabe Albumazar, à l’influence d’Ariès, le signe du Bélier ». Ferdinand, le frère de Charles Quint, « est en guerre depuis cinq ans avec le sultan Soliman en Transylvanie (‘‘pole bastarnan’’) où il se maintient difficilement, d’armistice en armistice ». (18)


* Quatrain 55, 3ème Centurie :


En l’an qu’un œil en France regnera,
La cour sera en un bien fascheux trouble,
Le grand de Bloys son amy tuera,
Le regne mis en mal et doubte double.



Selon Prévost, il s’agit ici d’une référence à Coligny et au duc de Guise qui avaient été fort amis avant que la rivalité ne les oppose farouchement. Coligny fut en effet accusé d’avoir inspiré l’assassinat de celui qui n’avait qu’un œil depuis sa blessure reçue au siège de Boulogne : le duc François de Guise. Aux yeux de Nostradamus (quatrain 41 de la 3ème Centurie), Condé (chef du parti protestant) a le tort d’être reçu comme un « fidèle » par Catherine de Médicis au printemps 1563, alors que son compère Coligny était accusé… (19)


* Quatrain 13, 7ème Centurie :


De la cité marine et tributaire,
La teste raze prendra la satrapie,
Chasser sordide qui puis sera contraire,
Par quatorze ans tiendra la tyrannie.


Ce quatrain est considéré par de nombreux commentateurs comme faisant référence à Napoléon 1er. On sait que Bonaparte fut au pouvoir du 15 décembre 1799 (Consulat, promulgation de la Constitution de l’an VIII) au 5 avril 1814 (acte d’abdication de Napoléon à Fontainebleau), soit pendant 14 ans. Contrairement à la mode de la Cour des Bourbons, qui voulait que l’on portât une perruque, il se fit couper les cheveux très court (« la teste raze »). « Un Empereur naistra près d’Italie », avait écrit Nostradamus dans le 60ème quatrain de la 1ère Centurie, ajoutant : « Qu’on trouvera moins prince que boucher ».


Mais ces vers peuvent s’appliquer à une autre période de l’Histoire. Pour Roger Prévost, la « cité marine » est le port de Gênes, « tributaire de la France qui en assure le gouvernement pendant quatorze années, de 1508, après que Louis XII eut, l’année précédente, maté la révolte des Génois, jusqu’en 1522, date du désastre de La Bicoque ». C’est bien à un religieux (« la teste raze ») que le gouvernement de la ville fut confié : Thomas de Grailly de Foix-Lautrec, vicomte de Lescun et « ancien protonotaire apostolique ». L’empereur naissant près d’Italie serait une référence à l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen (décédé en 1250), qui réunit sous son sceptre la Sicile et l’Allemagne. L’empereur né près de l’Italie est « ‘‘vendu bien cher’’ si l’on tient compte des vingt mille marcs d’argent que lui fit compter le roi Philippe Auguste, ‘‘rallié’’ à des gens aussi peu recommandables qu’al-Khamil, le sultan d’Egypte, avec qui il conclut une alliance secrète, et qui n’hésitait pas à sortir l’épée, fût-ce contre un pape. Il fut d’ailleurs plusieurs fois excommunié, traité même d’Antéchrist, et c’est sans doute ce qui défrisait Nostradamus ». (20)


Roger Prévost donne beaucoup d’autres exemples montrant que Nostradamus était manifestement beaucoup plus historien que prophète ! Le lecteur ou la lectrice voudra bien se référer, pour de plus amples développements, à son livre paru en 1999 chez Robert Laffont. Une telle exégèse ruine les prétentions de nombreux interprètes imprudents ayant attribué à Nostradamus un grand nombre de prophéties ultérieurement vérifiées.


J.-C. de Fontbrune, par exemple, soutient que Nostradamus a prédit toute une série d’événements relatifs à l’Ancien Régime, à la Révolution française, à l’épopée napoléonienne, à Charles X et Louis-Philippe, à Napoléon III, à la 3ème république, au 20ème siècle (communisme, nazisme, guerres mondiales), à la période 1945-2025, 2026 étant censée être la date de l’âge d’or et de la paix mondiale. (21) Mais attribuer à un seul homme la capacité de prédire de la sorte tous les événements marquants de l’Histoire, c’est conférer à celui-ci des pouvoirs quasi divins que personne, la Source exceptée, ne saurait détenir (à moins d’imaginer que Dieu ait « inspiré » le prophète !).


Une question demeure cependant : les textes de Nostradamus constitueraient-ils un mélange de textes historiques et prophétiques ? Si Nostradamus n’a mentionné que des événements antérieurs à sa mort, pourquoi a-t-il « voilé » ses textes comme pour dissimuler aux lecteurs la véritable signification de ceux-ci ? En outre, pourquoi, dans ses quatrains, a-t-il employé le futur ? Faut-il voir, dans ses textes, l’expression d’un goût pour les jeux de mots et les fantaisies linguistiques d’un homme ayant par ailleurs eu à sa disposition, dans une bibliothèque, les références historiques requises pour l’élaboration de ses « prophéties » ?



3. Le prophète Nostradamus :



Au 19ème siècle, Anatole Le Pelletier (1867) présenta le quatrain VIII-43 comme l’annonce de la future défaite de Sedan, ce qui se produisit 3 ans après. L’Allemand Karl Krafft, qui voulut annoncer à Hitler l’occupation de l’Allemagne par les Russes, mourut dans un camp de concentration.


           


Selon Vlaicu Ionescu, Nostradamus a prédit, entre autres, l’invasion de la Belgique par Hitler (10 mai 1940), l’occupation des pays danubiens par les Soviétiques, l’attaque japonaise de Pearl Harbor (7 décembre 1941), l’explosion atomique d’Hiroshima, la Chine sous Mao Ze-dong, l’extension de l’Etat d’Israël et la guerre des « six jours » de juin 1967, l’attentat contre les athlètes juifs aux Jeux Olympiques de Munich en septembre 1972, la mort du cosmonaute soviétique Vladimir Komarov (avril 1967), la mort de Roosevelt, la guerre du Viêt-nam, la révolution des étudiants chinois du printemps 1989 et le massacre de la place Tien An Men, la chute du Mur de Berlin (9 novembre 1989) et la Révolution roumaine qui aboutira à l’exécution de Ceaucescu (16-25 décembre 1989), le réveil de la foi chrétienne sous Jean-Paul II, le sida, la défaite de Saddam Hussein dans la guerre du Golfe (1991), etc. Il aurait annoncé les effets radioactifs des premières bombes atomiques, la montgolfière, le pétrole, l’électricité, la locomotive, le char de combat, les avions, tanks et sous-marins. Il aurait même mentionné les planètes Uranus, Neptune et Pluton avant leur découverte effective. (22) Une telle liste de prédictions avérées semble un peu trop impressionnante pour correspondre à la réalité. Néanmoins, Ionescu a un avantage sur les autres interprètes de Nostradamus, comme nous allons le voir ci-après.


A la fin des années 1950, Vlaicu Ionescu, alors jeune peintre anti-communiste, faisait circuler clandestinement, dans sa Roumanie natale, un manuscrit sur Nostradamus dont il était l’auteur et dans lequel il annonçait la fin du communisme, en URSS, pour 1991. En s’appuyant sur Nostradamus, Ionescu a pu annoncer à l’avance le scandale du Watergate, la chute du Mur de Berlin, l’effondrement du communisme en URSS, la fin de la carrière politique de Gorbatchev et l’avènement de Boris Eltsine… En avril 1991, le Roumain annonça à la télévision nippone que Gorbatchev serait contraint d’abandonner sa carrière politique avant fin septembre 1991. Selon Ionescu, c’est dans l’Epître, publiée en 1568, que se trouve mentionnée la révolution de 1917 qui amena le communisme en URSS :


« …et sera au Moys d’Octobre que quelque grande translation sera faicte… ».


On trouve, dans cette Epître, la référence à une période de « septante trois ans, sept mois », soit 73 ans et 7 mois. (Dans sa préface, Nostradamus se réfère au « commun advènement ».) Selon Ionescu, certains quatrains mentionnent la 1ère guerre mondiale, et certains d’entre eux situeraient la Révolution russe pendant cette guerre. Les positions planétaires assignées par Nostradamus à cette guerre seraient celles de 1917.


De la Révolution russe à juin 1991, fin du communisme soviétique (avec l’élection libre de Boris Eltsine), il y a 73 ans et 7 mois, soit la durée indiquée par l’Epître. En outre, la république soviétique fédéraliste socialiste de Russie a été fondée officiellement par Lénine le 31 janvier 1918. (L’URSS sera fondée en 1922.) Depuis cette date et jusqu’à la dissolution du parti communiste, le 29 août 1991, il y a aussi 73 ans et 7 mois.


En 1976, V. Ionescu avait titré un chapitre de son 1er livre : « 1991, l’année de l’écroulement du régime soviétique ».


En 1984, Raymond Abellio écrivait que Vlaicu Ionescu fixait « au mois de juin 1991 l’écroulement du communisme russe, après un règne qui aura duré soixante-treize ans et sept mois à partir de la Révolution d’octobre 1917 »…


V. Ionescu a vu, dans le quatrain VII-19, l’annonce de la réélection de Nixon et d’un scandale devant abréger le second mandat du président. En 1973, il écrivit à la Maison-Blanche pour avertir Nixon de ce qui le guettait. (En 1972, il avait rédigé un article sur ce sujet.) Le secrétaire de Nixon, Roland L. Elliott, lui répondit qu’il ne pouvait déranger le président pour ce genre de choses… Ce quatrain donne le nom de « Nicene ». En grec, « nike » ou « nice » signifie « victoire », et « ne » est « équivalent de ‘‘né’’, ce qui nous donne ‘‘né de la victoire’’. Nicene est tout simplement la traduction du mot anglais ‘‘Nike-son’’ qui veut dire ‘‘fils de la victoire’’ ».


Notons aussi que, dans un quatrain, Nostradamus a évoqué 1792, que l’on « cuidera » (croira) « être une rénovation de siècle ». Or, c’est le 22 septembre 1792 que débute l’ère républicaine, le calendrier révolutionnaire étant substitué au calendrier chrétien. (23) Cette « réussite » permettrait de relativiser la pertinence des propos de Roger Prévost qui déclare que les dates données par Nostradamus (580, 703, 743, 1607, 1609, 1700, 1727, 1999) ne correspondent à aucun événement marquant ; selon lui, cela évoque des va-et-vient historiques avec, de temps en temps, une allusion aux prophéties qui défrayaient la chronique du temps. (24)



4. Le célèbre quatrain où l’année 1999 est mentionnée :



* Quatrain 72, centurie X :


L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois,
Du ciel viendra un grand Roy d’effrayeur :
Ressusciter le grand Roy d’Angolmois,
Avant, après, Mars régner par bonheur.


Ce quatrain a eu son moment de célébrité en 1999. Et c’est celui qui a suscité (ainsi que le notait déjà Vlaicu Ionescu en 1993) « les plus diverses, pour ne pas dire les plus fantaisistes interprétations »… (25) L’événement annoncé, de nature x, devait se produire en juillet 1999. Divers traducteurs y avaient vu l’annonce d’une invasion aérienne, la venue d’un nouvel Attila ou d’un nouveau Gengis Khan ! Pour J.-C. de Fontbrune, le « grand Roy d’Angolmois » désignait « probablement » deux personnages : « l’Antéchrist venu d’Asie » et le « futur roi de France » ! (26) Marc Finn (1999) évoquait aussi la venue d’un grand roi venant faire revivre certaines caractéristiques du grand roi d’Angoulême (François 1er). (27)



Le couturier Paco Rabanne, lui, avait annoncé la chute, sur Paris, de la station soviétique « Mir » (avec des millions de pertes humaines) ! Cette spéculation était le résultat d’un curieux mélange de divers éléments : une vision que Rabanne avait eu à l’âge de 17 ans (des centaines de gens brûlant vifs dans les rues de Paris), diverses prophéties annonçant la destruction de Paris (Anna-Katharina Emmerich - 1774 -1824 -, Marie des Terreaux - 1773 -1843 -, etc.), la référence à la chute (présumée imminente) de la station soviétique, et bien sûr le quatrain « apocalyptique »… (28)


Quelle était donc la signification réelle du fameux quatrain ? Selon Vlaicu Ionescu, il s’agissait de la naissance, en août 1999, du futur « Grand Monarque », roi de France, ce « grand Roy » étant censé être « l’effrayeur » d’envahisseurs similaires aux Huns d’Attila. Ce « Grand Monarque » pourrait défendre la France contre les Chinois et leurs alliés. Ce « Grand Monarque », ou Henri V, serait vainqueur de peuples musulmans envahisseurs, et ce serait la raison pour laquelle il est aussi désigné par les expressions : « Grand Chiren », « Chiren Sélin », « Sélin Monarque ». Il désirerait être enterré à Blois (quatrain IV-37). (29)


La référence à ce « Grand Monarque » n’est pas spécifique à Nostradamus. Selon Alexandrian, ce mythe est né au 10ème siècle, Abdon (aumônier de la reine Gerberge, femme de Louis IV d’Outremer) s’y étant référé dans son traité « De Antechristo » en vue d’exhorter les rois de France à ressaisir le saint empire. Pendant des siècles, les vaticinateurs, de Guillaume Postel à Eugène Vintras, évoqueront l’avènement de ce personnage. (30) Selon Ionescu, par contre, la 1ère prophétie concernant ce futur « roi de France » a été faite par saint Méthode, évêque et martyr du 3ème siècle, pour l’empereur Dioclétien. Les écrits attribués à saint Méthode ont été publiés dans un incunable de 1497, achevé en 1515, lequel faisait partie de la bibliothèque de Daniel Ruzo, l’auteur du « Testament de Nostradamus ». Dans son traité sur l’Antéchrist, saint Augustin a résumé cette prédiction sur l’avènement d’un roi celtique censé rétablir l’Empire romain avant la venue du dernier Antéchrist. A l’époque de Charlemagne, l’abbé Alcuin la mentionna aussi. (31)


La prophétie de Prémol annonce aussi la venue du Grand Monarque. De même, sainte Hildegarde avait prédit qu’un Grand Monarque et un Pontife dirigeraient ensemble le monde occidental dans les « derniers Temps ». Le vénérable Barthélémy Holzhauser (1613-1658), qui divisait l’histoire de l’Eglise en 7 « âges », fit aussi référence au « Pontife Saint » et au « Grand Monarque ». Ainsi, le 5ème âge, qu’il nommait « purgativus », a commencé à Léon X et Charles Quint, et ne se terminera qu’à l’apparition du « Pontife Saint » et du « Grand Monarque ». Le 6ème âge, « consolativus », doit être de courte durée, et ne se terminera, d’après lui, qu’à l’apparition de l’Antéchrist, le 7ème âge – l’âge de désolation – concernant la période de l’Antéchrist jusqu’à la « fin des Temps ». (32)


Dorothée Koechlin de Bizemont observe qu’il y a une centaine de prophéties connues qui annoncent la venue du « Grand Monarque », dont la liste comprend notamment saint Césaire (470-542), Raban Maur (776-856), la prophétie d’Orval (mentionnant un « jeune prince »), Catherine de Racconigi (16ème siècle), Maître Noël Olivarius (16ème siècle), le père Calliste (18ème siècle), l’abbé Souffrant (curé de Maumusson), Pauline Perié (19ème siècle), la mère du Bourg à Limoges (19ème siècle), la petite Marie des Terreaux (de Lyon), l’abbé Mattay (curé de Saint-Méen), saint Catalde (évêque de Tarente), la religieuse trappiste des GardesAngers), et Marie-Julie Jahenny (+ 1941). Mentionnons aussi cet extrait d’une « lecture » (janvier 1934) du médium Edgar Cayce : « Le jeune roi règnera bientôt » ; Gertrude Cayce lui ayant demandé de quel pays il parlait, à ce propos, E. Cayce mentionna l’Allemagne. (?) (33)


Evidemment, on peut sérieusement douter de la future manifestation de ce prétendu « Grand Monarque », tant il est difficile de concevoir une nouvelle monarchie en France ! Et il est difficile de croire, a priori, que la mention de la naissance de ce personnage, en 1999, est plus sérieuse que les inepties mentionnées plus haut (invasion aérienne, etc.), auxquelles il convient aussi d’ajouter les interprétations suivantes :


- Selon Louis Schlosser (« La Vie de Nostradamus », 1985), c’est juillet 1559 qui serait concerné, alors que pour Roger Prévost ils s’agirait de juillet 1099, date de la prise de Jérusalem par Godefroi (ou Geoffroi) de Bouillon, avec le jeu de mots « effroi Geoffroi » (« un grand Roy d’effrayeur »). (34)



- Etienne Mezo voyait l’ébranlement de l’Eglise romaine lié à l’éclipse du 11 août 1999 ! Selon lui, Nostradamus annonçait un énorme attentat (2000 morts) à Paris avant 1999.


- L’astrologue Elisabeth Teissier s’était demandée si la sonde Cassini-Huygens n’allait pas être, durant l’été 1999, à l’origine de la plus grande pollution de tous les temps (avec un maximum de 200.000 morts !) lors de sa rentrée dans l’atmosphère terrestre… (35)


Quelle était alors la véritable signification de ce quatrain ? Mme M. C. Sclifet identifie tout simplement l’événement annoncé à l’éclipse solaire du 11 août 1999, le « Roi », en astrologie, symbolisant le Soleil :


« Une éclipse de soleil est un phénomène cosmique effrayant et on peut donc traduire ce vers par le phénomène de l’éclipse solaire : ‘‘On pourra voir dans le ciel le soleil qui aura l’air effrayant (éclipse)’’. »


Mme Sclifet fait cependant aussi intervenir le Grand Monarque. L’« Angoulmois », ou Comté d’Angoulême, revint à la Couronne de France en 1515. Lors de la rédaction de ses Centuries, Nostradamus était contemporain d’Henri II, fils de François 1er (lui-même fils de Charles de Valois, comté d’Angoulême). « Ressusciter le grand Roy d’Angoulmois » pourrait donc signifier que le jour prédit par Nostradamus (soit le 11/08/99) verrait l’avènement ou la naissance d’un futur roi de France, puisque le « grand Roy d’Angoulmois », à l’époque de Nostradamus, était Henri II, roi de France. Ce futur roi se prénommerait aussi Henri, et Nostradamus le signale dans sa lettre à « Henry, Roy second » (adressée au futur grand roi censé instaurer à nouveau la monarchie en France) et dans deux Centuries (II-79, IV-34), le « grand CHYREN » étant l’anagramme d’Henry C (C pour Capet).


« Avant après Mars regner par bon heur. » Selon Mme Sclifet, on peut lire : « Avant, après l’avènement, règnera l’heure de Mars. » (On trouve souvent « bonheur » en un seul mot.) A l’époque de Nostradamus, on utilisait les heures planétaires ; chaque heure du jour et de la nuit était considérée comme étant sous l’influence d’une planète. Et le 11 août 1999, les heures de Mars étaient 11 h 48 à 12 h 48 et 18 h 48 à 19h 48. L’événement prédit, si événement il y a eu, peut s’être produit pendant une « heure » de Mars ou dans l’intervalle compris entre deux « heures » de Mars. On notera que le maximum de l’éclipse visible en France se situait entre 12 h 17 et 12 h 32. (36)


Ceci est intéressant, mais, encore une fois, comment la monarchie pourrait-elle être restaurée en France ? V. Ionescu évoque une future 3ème guerre mondiale avec une coalition chinoise-musulmane (bien improbable, selon moi !), laquelle envahirait notamment la France. C’est le « grand Monarque » qui, avec son armée, finirait par chasser l’envahisseur (vers 2020-2030). Et si nous posions la question à Nostradamus lui-même ? Le médium Valentin Parisis aurait obtenu du prophète la réponse suivante :


« J’ai profité des éclipses de Lune et de Soleil annoncées pour faire trembler ceux qui aiment avoir peur ou qui en ont besoin pour rectifier leur comportement. Sachant ce que représente le passage d’un nouveau millénaire pour les êtres humains, j’ai voulu me faire un petit plaisir posthume, j’ai joué de l’angoisse du changement de millénaire en préparant ce salmigondis à votre intention (…). »


« Le grand Roy d’Effrayeur c’est l’éclipse. Le grand Roy d’Angoulmois, c’est votre angoisse »… (Contraction « poétique » du verbe « engouer » avec « angoisse », laquelle « vient prendre possession de vous, vous bloquer la gorge par la peur ».) Avant et après cette éclipse, Mars, « l’énergie circule, règne librement, heureusement, dans votre propre corps », et ne « bloque plus au niveau de la gorge (par bonheur) »… (37)



5. Les systèmes de datation :



Existe-t-il un système permettant de dater les quatrains ? Eric Platel d’Armoc a utilisé la table appelée par les cabalistes Aïn Bekar, un système mnémotechnique permettant de retenir les valeurs attribuées à chaque lettre hébraïque. Il suffit d’additionner les chiffres obtenus grâce à la table hébraïque avec la date de la 1ère parution des Centuries, soit 1555.


Il considère que les majuscules des quatrains constituent des clefs pour la datation.



Selon lui, d’autres dates que 1555 doivent être prises en considération : 1585 et 1606 (mentionnées, avec le 14 mars 1557, dans l’« Epître à Henri Second »), 1080, 1242, 1350, 1506, 1516 (mentionnées dans les chronologies de la Genèse de l’« Epître à Henri Second ») et 1590 (dans la 3ème chronologie de la Genèse extraite de l’almanach pour l’année 1566), 1419 (« nombre d’écus sol » tiré du testament ; « sol » : « soleil », d’où année solaire). Ces 11 nombres sont appelés « dates-clés » ; il y a donc, chaque fois, 11 solutions de dates. Selon cet auteur, la date trouvée ne doit pas être inférieure à 1555 et supérieure à 2066. Le tableau utilisé est le suivant :


A = 1 ou 70, B = 2, C = 20 ou 100, D = 4, E = 5, 8 ou 70, F = 80, G = 3, H = 8, 5 ou 70, I et J = 10, K = 20 ou 100, L = 30, M = 40, N = 50, O = 6 (ou 70), P = 80, Q = 100, R = 200, S = 60 ou 300, T = 9 ou 400, U, V et W = 6 ou 70, X non attribué (comme il se rapproche phonétiquement du « Ts » de « Tzadé », il vaudrait peut-être 90), Y = 10, Z = 7 (ou 90).


Il s’agit donc ici de transposer les capitales d’un quatrain en chiffres, en utilisant les valeurs premières des lettres de la table hébraïque.


Si l’on applique ce système au quatrain 32, 1ère Centurie, on obtient la date 1626, quatrain qui semble s’appliquer, selon E. P. d’Armoc, à l’installation définitive du Saint-Siège au Vatican, qui suit de près l’inauguration officielle de la basilique Saint-Pierre de Rome par Urbain VIII le 18 novembre 1626. (Dans l’édition originale, on trouve un « f » à la place du « s » ; « toft » au lieu de « tost », etc.)


Le grand empire sera tost translaté
En lieu petit qui bien tost viendra croistre :
Lieu bien infime d’exigue comté
Ou au milieu viendra poser son sceptre


Nous avons : L (30), E (5), L (30), O (6) = 71 ; 71 + 1555 = 1626. (38)


J.-C. de Fontbrune avait quant à lui interprété ce quatrain comme étant une référence à la future capitale de la France : Avignon ! (39) R. Prévost évoque Byzance, au Moyen Age…


Un Empereur naistra près d’Italie,
Qui a l’Empire sera vendu bien cher,
Diront avecques quels gens il se ralie
Qu’on trouvera moins prince que boucher.


Nous avons vu, plus haut, que ce quatrain a été interprété par Roger Prévost, non pas en relation avec Napoléon 1er, mais en relation avec un événement historique antérieur à l’époque de Nostradamus. Relevons les capitales : U, E , I , Q, E , D , Q. Total : 230. Si l’on ajoute la date 1585 à 230, nous obtenons : 1815 (Waterloo).


E. P. d’Armoc évoque aussi les cycles de 36 ans. Un livre d’Enel sur l’astrologie cabalistique (« Trilogie de la Rota ou Roue Céleste ») révèle un système alliant cycles et planètes. Ces cycles de 36 ans sont attribués à chacune des planètes reconnues depuis l’Antiquité. Ces cycles sont cités dans un livre de Pierre Christian, « L’Homme Rouge des Tuileries », datant du 19ème siècle. Cet auteur les avait lui-même repris d’un ouvrage édité au 16ème siècle et dédié à Catherine de Médicis : « Jugements Astrologiques sur les Nativités », dont l’auteur était bien connu de Nostradamus. Dans la « Lettre à César », un passage donne cette énumération d’astres : Mars, Lune, Soleil, Saturne. Or, ceci correspond à l’ordre de succession des cycles planétaires : Mars (1909-1944), la Lune (1945-1980), le Soleil (1981-2016) et Saturne (2017-2052). Notons que la période martienne (Mars étant le dieu de la guerre) du 20ème siècle (1909-1944) s’est soldée par deux guerres mondiales où les morts se comptèrent par millions.



Il serait ainsi possible de déterminer la date des événements annoncés par les quatrains en utilisant, outre l’astrologie, les lettres de l’alphabet hébraïque (les « sacrées Escritures ») et les cycles planétaires de 36 ans. Voici un autre exemple :


* Quatrain 60, 9ème Centurie :


Conflit Barbare en la Cornete noire,
Sang espandu, trembler la Dalmatie,
Grand Ismael metra son promontoire,
Ranes trembler, secours Lusitanie.


J.-C. de Fontbrune a vu dans ce quatrain l’annonce d’une future guerre musulmane en mer Noire et en Yougoslavie, avec le secours du Portugal (la Lusitanie). (40) Mais si l’on utilise le système d’Eric Platel d’Armoc, la solution est bien différente :


La valeur numérique des lettres majuscules donne 749 (en comptant « 100 » pour le « C » et « 300 » pour le « S »). (Et non « 751 », comme cela est écrit par erreur dans le texte.) Si l’on additionne 1242, l’une des 11 « dates-clefs », à 749, on obtient 1991 (et non 1993, comme l’écrit E. P. d’Armoc).


* Le 1er verset serait une allusion à la corne de l’Afrique (et non à la mer Noire) composée de pays dévastés en proie à l’agitation civile (Djibouti, Ethiopie, Somalie).


Par http://www.infoclick.fr le Vendredi 9 janvier 2015 à 4:43
Bon courage avec tes épreuves, tu vas y arriver ! A fond ! >)
En ce qui concerne le crash c'est assez flippant, surtout que je prends l'avion au moins deux fois par an... argh
Par Uber Code Promo le Samedi 5 septembre 2015 à 20:30
Avez vous un lien pour que je puisse télécharger l'article en PDF ?
Par serrurier paris 15 le Lundi 7 septembre 2015 à 6:06
Excellent article je vous soutient .
Par GuichardGay le Jeudi 7 juillet 2016 à 12:26
Tu fais de l’incroyable job.
Par GuichardGay le Jeudi 7 juillet 2016 à 12:27
Tu fais de l’incroyable job.
Par Henry167 le Samedi 16 juillet 2016 à 13:06
Merci pour votre ecrit
Par NicolasRaymond le Jeudi 27 juillet 2017 à 8:02
Je vous remercie pour cet ecrit, je suis persuadé d’avoir incroyablement appris !
Par Noemie Pinard le Mercredi 9 mai 2018 à 15:26
Merci beaucoup pour cet edito, je pense avoir pas mal appris.
Par Marlene Bery le Jeudi 26 juillet 2018 à 9:55
Quel edito agréable, je vous remercie pour ce boulot que vous avez fait
Par Marion Donne le Samedi 18 août 2018 à 19:34
Tu fais un boulot incroyable , c’est pour cette raison que je suis un grand fan de ce site web !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://slipkornt.cowblog.fr/trackback/349135

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast