slipkornt

Where Is The Truth?

Mercredi 8 mars 2006 à 13:47

Qu'y a-t-il vraiment dans le Loch Ness ?

Les Ecossais racontent que la première apparition datée de la créature du Loch Ness remonte à l'an 565. Et le témoin n'est pas n'importe qui puisqu'il s'agit de St-Columba, le moine qui introduisit le christianisme en Ecosse. Et d'après Nicholas Witchell, reporter à la BBC et auteur d'un ouvrage sur le lac mythique, il existerait de nombreux témoignages de personnes ayant vu la "bête" bien avant le XXe siècle.



Mais la légende contemporaine du Loch Ness remonte à 1933, date à laquelle une route est construite le long des rives du lac. En avril, un couple qui rentre chez lui en voiture aperçoit un "animal gigantesque qui plonge et remonte à la surface du Loch Ness". Leur récit est immédiatement repris par le quotidien local, l'Iverness Courier qui, le premier, utilise le terme de "monstre". L'intérêt du public est immédiat et les principaux journaux dépêchent dans les mois qui suivent des reporters sur place. La chasse est ouverte et un cirque offre même 20000 livres pour la capture du monstre.


Une photo célèbre... mais truquée

En décembre 1933, l'excitation est à son comble. Tout le Royaume-Uni guette les nouvelles du monstre à la radio. Le Daily Mail finance une expédition digne d'un safari en brousse pour attraper la "bête". Le leader de l'équipe, Marmaduke Wetherell, découvre bientôt des traces fraîches du "monstre" sur une rive. Les moules des précieuses empreintes sont immédiatement expédiés au Musée d'histoire naturelle de Londres pour des analyses. Mais le canular est révélé en janvier 1934. Les traces proviennent en réalité de pattes d' hippopotame rembourrées.


Malgré cette amère désillusion, les apparitions de Nessie ne cessent pas pour autant et en avril 1934, une photo (ci-contre) prise par le respectable Docteur Robert Wilson apporte enfin la preuve irréfutable de son existence. Le cliché, baptisé la "photo du chirurgien", en hommage à son auteur deviendra l'un des classiques de la photographie documentaire du XXe siècle. Ca n'est qu'en 1994, que le beau-fils de Wilson, Chistian Spurling, reconnaît sur son lit de mort qu'il s'agissait d'un trucage. Wilson avait vraisemblablement créé une maquette flottante de 80 cm et l'avait prise en photo.


En novembre 1987, une équipe de scientifiques décide de sonder le Loch Ness une bonne fois pour toutes. C'est l'opération Deepscan. Après des années de préparation, ce sont 24 bateaux alignés sur la largeur du lac (1,5 km) qui remontent toute la longueur du Loch Ness (35 km) pour en sonder les moindres recoins. Pendant les deux jours de l'opération, on détecte nettement un objet de large volume en mouvement à 180 mètres de profondeur. Mais personne ne peut déterminer avec certitude s'il s'agit d'un gros banc de poissons ou bien d'une nouvelle pirouette de Nessie.




Source

Lundi 6 mars 2006 à 16:59

1//VIRUS - Le virus du 3ème type


Si Marcel vous demande en anglais de cliquer sur un lien dans votre messager, rappelez-vous que Marcel ne parle que le français... et encore !


Nos PC sont victimes d'un nouveau mode de propagation des virus. Les nouveaux virus se présentent comme des contacts déjà connus, sur votre "messager instantané" et vous demandent d'ouvrir un fichier .pif


Comme d'habitude, le virus n'est pas le contact, mais l'exploitation d'une faille de sécurité de Microsoft Messenger.


Le premier virus utilisant cette faille s'appelait "coolworm", le concept a été repris depuis par :
 kelvir
 Bropia
 sumon
Attention, les auteurs se livrent une guéguerre et relancent quotidiennement de nouvelles versions de leurs virus. Pas de panique cependant, il vous suffit de mettre votre Messager à jour sur le site de Microsoft, pour palier à la brèche dans la sécurité.


Cependant, avant de vous moquer, une fois de plus, des failles de Microsoft, sachez qu'AOL est  attaqué par Aimdes.


Sachez également que vous pouvez changer de client Messager pour un client moins vulnérable. Gaim ou trillian sont gratuits, fiables et compatibles Msn, Yahoo, Aol, Jabber, ICQ...


Quoiqu'il en soit, toujours les mêmes conseils de prudence :


Mettez votre anti-virus à jour et scannez votre PC
Si vous n'avez pas d'anti-virus, prenez-en un gratuit
Faîtes un Windows update, pour mettre votre PC à Jour
Faites un scan en ligne, une fois par mois
N'ouvrez jamais un fichier .pif, c'est 9 fois sur 10 un virus!!!


VRAI


__________________________________


2//LÉGENDE URBAINE - Lécher est-il dangereux pour la santé ?


Attention pauvres utilisateurs du courrier papier ! En léchant la colle d'une enveloppe vous pourriez devenir un douillet nid à cafards !


C'est bien connu, les américains envahissent tout, y compris nos boites mails de leurs légendes urbaines. Voilà bien de quoi nous donner le cafard ! Cette fois, c'est une bonne dame californienne qui s'y colle pour exposer une histoire à faire frémir les plus impassibles d'entre nous. C'est en léchant une enveloppe que cette citoyenne américaine se seraient auto-infectées de larves de cafards préalablement déposées par leur maman sur la colle des enveloppes.


Circulant depuis des années de manière larvée, nous ne nous étions jamais penchés trop sérieusement sur le sujet compte-tenu de sa diffusion relativement limitée dans les pays francophones. L'histoire circulant ces temps-ci de manière plus importante, voilà qui nous donne l'occasion de remettre tous les oeufs dans le même panier : cette histoire est absolument fausse et ce pour de très bonnes raisons :



Les larves de cafards se développent ensemble avant naissance dans une capsule rigide appelée oothèque parfaitement visible à l'oeil nu (taille variable entre 5 et 10 mm selon les espèces). Impossible dès lors de ne pas les apercevoir sur une enveloppe. Impossible également que les oeufs soient disséminés hors de l'oothèque avant naissance !
 Quand bien même la personne déciderait de lécher la capsule... Il faudrait qu'elle accepte ensuite de porter l'oothèque des larves jusqu'à terme. Ce qui selon toute vraisemblance est plus qu'extrêmement improbable.


Si quelques rares histoires d'introduction d'animale dans le corps humain sont réelles, celle-ci ne l'est en tout cas pas et est définitivement à classer dans votre collection de légendes urbaines. Faites bien attention en collant l'histoire dans votre album… On ne sait jamais !


Autres sources :
Urban Legends
Université de strasbourg


FAUX


__________________________________


3//MISE EN GARDE - Lingettes à l'antigel


Un des produits stars de la ménagère contiendrait de l'antigel ! Hoaxbuster fait le ménage et balaie les approximations...



Les lingettes Swiffer WetJet, fabriquées par Procter et Gamble, leader mondial sur le marché des produits ménagers, seraient la cause du décès d'un chien ayant absorbé une partie du produit dont sont imbibées les lingettes. En effet, après avoir marché sur le sol tout juste lavé, le toutou en question se serait léché les coussinets et serait mort d'avoir eu l'imprudence d'agir de la sorte !


Le message met en garde les utilisateurs contre la présence d'antigel dans ces lingettes (ou du moins, d'une molécule s'apparentant très fortement à de l'antigel). En réalité, la fiche de données de sécurité du produit mentionne les composés suivants : eau(>90%), éthanol (1 à 4%), propylène glycol n-butyl éther (1 à 4%) et divers additifs (<1%).


Concernant l'éthanol, il s'agit purement et simplement d'alcool. Alcool qui, s'il est effectivement potentiellement dangereux pour la santé, n'en est pas moins consommé quotidiennement par de nombreux humains... en toute connaissance de cause.


Le propylène glycol n-butyl éther (ou éther de propylène glycol) quant à lui, est un composé très fréquemment rencontré dans les produits ménagers, surtout depuis qu'il remplace les éthers d'éthylène glycol, considérés, eux, comme source de problèmes de santé et... voisins de l'antigel (à noter que les problèmes de santé en question sont principalement des affections rénales, et non pas du foie) ! Les produits présents dans la lingette ne posent pas de problèmes de santé sérieux lors de leur ingestion, mais plutôt des problèmes digestifs passagers.


D'autre part, il est évident, au regard de la liste d'ingrédients, que ceux-ci sont extrêmement volatils : les éthers et l'éthanol ne restent que quelques secondes, quelques minutes tout au plus, sur le sol avant de s'évaporer. La quantité de produit restant sur le sol est donc minime, et il est impossible pour un animal d'absorber suffisamment de produit de cette manière pour être malade. Pour information, vous en inhalez bien plus lorsque vous utilisez ces lingettes…


Quant à la soi-disante mention en petits caractères alléguant que le produit peut être toxique pour les enfants et les animaux, elle n'existe purement et simplement pas !  On trouve, comme sur tous les produits ménagers, la mention « A conserver à l'abri des enfants et des animaux domestiques », en effet, l'absorption accidentelle d'une très grande quantité de produit pourrait leur causer quelques ennuis, sans compter les risques d'étouffement dus aux lingettes elles-mêmes !


Alors, ces lingettes auraient tué un berger allemand et deux chats? Franchement, on a plus que du mal à l'avaler ! Et, sans vouloir jouer les Monsieur Propre (du net, évidemment), on vous conseille vivement de jeter directement ce message à la poubelle sous peine de vous laisser intoxiquer !
 
Autres liens :
Urbanlegends.about.com
Démenti de Swiffer


FAUX


__________________________________


4//TÉMOIGNAGE - E-mail vengeur : Le double effet qui te coule !


Que feriez-vous si vous vouliez vous venger de votre jeune et volage épouse ?


Un internaute a trouvé une réponse qu'il pensait être judicieuse. Philippe D., après avoir pris la décision de quitter sa femme, Cécile M., a rédigé un long mail expliquant aux proches du couple les raisons profondes de leur rupture. Détaillant de manière précise les activités extra-conjugales de la jeune femme et expliquant les tenants et aboutissants de l'affaire. Vous vous dites qu'après tout elle l'a bien cherché ? Pas si vite, voilà la suite...


La copie du mail, envoyée à une cinquantaine de destinataires initiaux porte cette mention: "Je vous écris à tous parce que vous êtes des amis proches (s'il y a des erreurs dans la mailing list excusez-moi et détruisez ce mail)".


Voeu pieux ? Naïveté ? Toujours est-il que certains
destinataires n'ont pas respecté la consigne et se sont évidemment empressés de transférer le mail à tout leur carnet de contacts. Aujourd'hui, le mail vole de boites en boites et plus rien ne semble pouvoir arrêter sa course. L'effet boule de neige d'internet a encore frappé...


Philippe D., que nous avons contacté, ne souhaite pas épiloguer sur cette histoire. Il nous a juste affirmé que son e-mail n'avait aucune vocation à
être diffusé au plus grand nombre et ne s'adressait qu'à ses amis, familles et proches. "Je ne sais qui a eu l'inélégance de le forwarder à des tiers.
Sachez en tout cas que je le réprouve au plus haut point la retransmission de ce mail." affirme-t-il un peu tard.


Hoaxbuster respectera donc la vie privée de ce couple et n'en dira pas plus sur cette triste histoire. Gageons que malgré cela, l'inélégante envolée de Philippe sur sa femme les rendra tous les deux aussi célèbres que les aventures de David H. et Fatima.


VRAI



Pour plus d'histoires, faites un tour sur http://www.hoaxbuster.com, une vraie mine d'informations!

Samedi 4 mars 2006 à 2:28

Premier changement:


Tout d'abord, comme chaque week-end, changement du fond musical du blog:


deftones/Change (In The House Of Flies)



Deuxième changement, la date de collision entre la Terre et un astéroïde:


Collision d'un astéroïde avec la Terre: frayeurs attendues pour 2102



Les scientifiques ont calculé qu'un gros morceau de roche cosmique présentait une faible possibilité, de l'ordre d'un sur mille, de venir percuter la Terre au début du siècle prochain, en provoquant des destructions massives, a indiqué jeudi un spécialiste de la Nasa.


L'astéroïde, baptisé 2004 VD17, mesure 500 mètres de long et pèse un milliard de tonnes. Son impact déchaînerait 10.000 mégatonnes d'énergie, soit l'équivalent de l'explosion de toutes les armes nucléaires de la planète.


Le danger potentiel présenté par l'astéroïde avait été rapidement perçu après sa découverte le 27 novembre 2004. La possibilité d'une collision avec notre planète le 4 mai 2102 avait alors été évaluée à 1 pour 3.000.


De nouvelles observations et des calculs complémentaires ont désormais porté le risque encouru "à un peu moins de 1 pour 1.000", a indiqué David Morrison, un expert de la Nasa spécialisé dans les corps célestes proches de la Terre, dans un texte diffusé par courrier électronique.


2004 VD17 devient ainsi l'astéroïde le plus susceptible d'entrer en collision avec la Terre, dans un scénario maintes fois abordé par les ouvrages de science-fiction. "Le risque d'un impact au cours du prochain siècle est plus élevé que pour tout autre astéroïde connu", a souligné M. Morrison, en relevant toutefois que cette possibilité restait extrêmement faible.


- VD17, qui était jusqu'ici classé "vert" ("mérite une surveillance attentive") dans l'échelle Torino des accidents cosmiques, a été porté à "jaune" ("mérite l'attention"). L'échelle compte deux autres niveaux: "orange" ("passage rapproché") et "rouge" ("collision certaine").


La Nasa et le laboratoire américain Jet Propulsion Laboratory (JPL) n'ont pas précisé à quelle distance de la Terre l'astéroïde pourrait passer.


"Heureusement, il nous reste encore près d'un siècle avant que VD 17 viennent nous effleurer. Cela devrait nous laisser amplement le temps nécessaire pour préciser son orbite et, plus probablement, déterminer que l'astéroïde va éviter la Terre", a relevé le scientifique.


Le danger le plus pressant pour notre planète était jusqu'ici celui présenté par 99942 Apophis, un rocher de moins de 100 millions de tonnes, mesurant 300 mètres de long. Mais le risque de le voir heurter la Terre le 13 avril 2029 a été revu à 1 pour 5.000. Ce dernier devrait finalement la frôler à 36.350 kilomètres, soit légèrement au dessus des satellites placés en orbite géostationnaire, selon le site internet du Centre des planètes mineures de l'Union astronomique internationale.


On attribue généralement à la collision d'un astéroïde la disparition des dinosaures qui ont longtemps dominé la Terre. L'impact d'un gros corps céleste dans la péninsule du Yucatan (Mexique), il y a 65 millions d'années, aurait projeté des milliards de tonnes de poussières dans l'atmosphère, qui ont bloqué la lumière du soleil, entraînant un dépérissement de la flore et la mort des animaux herbivores.


Source

Lundi 27 février 2006 à 23:29


ENTERRES VIVANTS


Nombre personnes au court des siecles, suite à un diagnostic médical se sont retrouvés enterrés vivants.

Prenons l'anecdote d'un pilleur de tombes qui a cru avoir une crise cardiaque quand il a aouvert le cercueil et qu'il a vu la personne à l'intérieur bouger...



John Duns Scot, philosophe et théologien anglais, mort au début du XIVè siècle. Atteint de crises d'apoplexie qui se traduisaient par des pertes de connaissances, il avait portant la chance d'avoir près de lui un serviteur qui signalait aux médecins le réel mal de son maitre lorsque celui ci avait une crise. Cependant, lors d'un voyage à l'étranger que John fit seul, ce qui devait arriver arriva : une crise. Son serviteur absent, les médecins ne surent que le philosophe n'était pas passé de vie à trépas mais avait eu une simple perte de connaissance. Le pauvre homme fut donc enterré. Lorsque son serviteur eu la nouvelle, il s'empressa de donner l'alerte. Le cercueil fut ouvert et libéra un cadavre aux mains tordues comme des sarments de vignes et dont les ongles cassés avaient labourés les parois du cercueil….

Longtemps la tombe du philosophe porta l'inscription « Entérré une fois, mort deux fois » en souvenir de cette fin tragique.


Source

Dimanche 26 février 2006 à 22:07

Les légendes du Mont Shasta (USA)


Le Mont Shasta véhicule d'étranges légendes... commençons par le commencement :

D'après une légende des Indiens Modoc (extraite du récit d'Ella Clark en 1953 puisé à leur tradition orale)
En ce temps-là... le temps où il n'y avait pas encore d'hommes sur la terre... le Chef des Esprits-du-Ciel habitait dans le Monde-d'en-Haut. Mais il finit par se dire qu'après tout, il faisait bien froid chez lui. Il creusa donc un trou dans le ciel avec une pierre et poussa dedans la neige et la glace. Toutes deux dégringolèrent sur la terre où en s'amoncelant, elles formèrent une haute montagne. Aujourd'hui on appelle cette montagne le mont Shasta.

Le Chef des Esprits-du-Ciel, équipé de son grand bâton, passa de nuage en nuage pour arriver sur le sommet de cette montagne. Après quoi il en descendit le versant. Chemin faisant, l'idée lui vint de faire des petits trous dans la terre avec son doigt. A chaque trou, poussa un arbre. Et la neige qui fondait sous ses pas, forma des rivières.

Tout à fait satisfait des résultats qu'il obtenait, l'Esprit-du-Ciel commença de casser son long bâton en petits bouts. Certains d'entre eux se transformèrent en poissons, d'autres en castors, puis en d'autres petits animaux, puis il fit tous les animaux de la terre. Puis il créa les oiseaux.

C'est ainsi que furent créés les ours. Mais ces premiers ours-là marchaient sur leurs pattes arrières et parlaient comme des hommes. Avec leur pelage velu et leurs grandes griffes, ils avaient l'air si redoutables qu'après coup, le chef des Esprits-du-Ciel les cantonna très loin de lui, au pied de la montagne.



Une fois ce travail immense achevé, le Chef des Esprits-du-Ciel fit descendre sa famille qu'il installa avec lui sur la terre. Ils prirent pour demeure la grande montagne de neige et de glace dans laquelle il fit un bon feu au centre et un trou au sommet pour laisser passer la fumée.

Tout alla bien jusqu'au printemps… Jusqu'à ce qu'une violente tempête secoue la montagne. Le feu fut refoulé dans la cheminée, la terre trembla. Le Chef des Esprits-du-Ciel demanda à sa plus jeune fille de monter au sommet pour demander à l'Esprit-du-Vent de se calmer un peu. Mais il la mit en garde de ne pas mettre la tête en dehors de la cheminée sinon le vent se prendrait dans ses cheveux et l'emporterait. La petite fille promit…

…Mais elle savait que de là-haut, on pouvait voir l'océan, cette immense étendue d'eau qu'elle ne connaissait pas. Comment résister à pareille occasion de le voir enfin ? Elle passa la tête dehors. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, l'Esprit-du-Vent l'arracha de la montagne et l'emporta ! Elle atterrit à la lisière de la forêt, au milieu des sapins enneigés, dans le territoire des ours grizzlis.

L'un d'eux qui chassait pour donner à manger à sa famille, la trouva et l'emmena chez lui pour lui donner des soins. C'est qu'ils n'étaient pas si redoutables qu'ils pouvaient le paraître, ces grizzlis de l'époque. Et s'étant pris d'affection pour la petite fille, ils décidèrent très arbitrairement de la garder et de l'élever au milieu des oursons. Ainsi grandit-elle. Devenue une femme, elle épousa l'aîné des enfants grizzlis et tous deux firent des enfants dont l'apparence n'était déjà plus tout à fait la même que celle des parents grizzlis. Toute la petite famille habita dans une nouvelle maison. Ce lieu s'appelle aujourd'hui le petit mont Shasta.

Le temps passa, sans histoire notable. Quand la grand-mère Grizzli (celle qui avait élevé la petite fille) sentit venir sa fin, elle ressentit le besoin de dire la vérité au Chef des Esprits-du-Ciel. Elle lui envoya donc en émissaire l'aîné de ses petits-fils. Celui-ci monta au sommet du mont Shasta.

Tout heureux d'apprendre que sa fille était retrouvée, le Chef des Esprits-du-Ciel descendit à la maison des grizzlis. Mais quelle ne fut pas sa surprise en voyant une femme au lieu de l'enfant qu'il avait quitté ! Pire ! Une femme qui vivait au milieu de créatures à fourrure qu'elle disait être ses enfants – donc ses petits-enfants à lui ! Et le comble, des créatures d'une race qu'il n'avait pas créée !

Sa colère fut énorme ! Il maudit tous les grizzlis. "Mettez-vous à quatre pattes ! Vous m'avez fait si grand tort que dorénavant c'est ainsi que vous marcherez. En outre, je vous retire l'usage de la parole !" Et il repartit sur sa montagne avec sa fille. Jamais plus il ne retourna chez les grizzlis.

Selon certaines rumeurs, il aurait éteint le feu qu'il entretenait dans sa montagne et serait retourné vivre dans le ciel avec sa f
ille. Quant à ses petits-enfants d'une nouvelle race, ils se dispersèrent dans le monde et devinrent les premiers Indiens, les ancêtres de tous les Indiens. C'est pourquoi les Indiens qui vivent près du mont Shasta ne tuent jamais de grizzli.

Le Mont Shasta est une montagne enveloppée de mystère et d'inexpliqué.
Pour beaucoup, le secteur autour du Mont Shasta est un des plus mystique au monde et les gens viennent de trés loin pour vivre dans l'ombre de la montagne.

Avec des histoires de villes souterraines, de soucoupes volantes, de lumières non expliquées et de rencontres avec des êtres peu communs, il serait difficile d'envisager un endroit plus mystique.



Faisant partie de "Cascade Range", le Mont Shasta s'éléve à plus de 4700m et une particularité : On y a recensé plus de 400 grottes formées par la lave, un type de cavités insolite, mais qui est loin d'être rare. À la différence d'autres crêtes qui se mélangent dans les montagnes environnantes, Shasta se tient seul, se levant au-dessus de ce qui semble être, en comparaison, un paysage presque plat. C'est en partie cette solitude que représente le Mont Shasta qui lui donne son aura mystérieuse.

Le secteur autour du Mont Shasta a servi d'habitats à plusieurs tribus indiennes pendant des milliers d'années. Cependant, ce n'est qu'au début du 19ème siècle que les premiers Européens ont posés les yeux dessus. Les Espagnols ont appelé la montagne “Jesus-Maria” ; quand ils ont passé par là en 1817. Les Russes lui ont donné le nom de “Tchastal, ” ; signifiant "montagne blanche ou pure".

De toutes les légendes entourant la montagne, le plus célèbre est celui des Lemuriens dont on dit qu'ils demeurent à l'intérieur. Des réfugiés du continent Lemuria ou de Mu ; les Lemuriens sont décrits comme étant grands et beaux. Habillé de longues robes et chaussés de sandalles blanches, ils descendraient à la petite ville du Mont Shasta et auraient fait commerce de pépites d'or pour leurs approvisionnements. Naturellement, ils ne semblent plus venir à la ville et l'ont dits que les Lemuriens sont partis du Mont Shasta, choisissant de se replacer à un endroit moins touristique comme l'Himalaya.

Comme la célébre Atlantide, on a dit que la Lemurie était l'emplacement d'une vaste et merveilleuse société qui s'est élevée à une grande proéminance sociale et technologique dans des périodes antiques. Tandis qu'on dit que l'Atlantide se situait dans l'Océan Atlantique, la Lemurie aurait été dans le Pacifique.

James Churchward dans ses nombreuses récits, écrivait que le continent était si grand qu'il allait d'Australie à la Californie couvrant la majorité de l'océan pacifique d'une grande masse de terre. La science moderne a éliminé tout, sauf la possibilité qu'un si grand continent ai pu exister dans les dernières 10.000 années, mais il est tout à fait possible que des terres beaucoup plus petites pourraient avoir existé dans le Pacifique et que les légendes de Lemurie ne peuvent être basées entièrement sur le rêve ou la spéculation fantaisiste.

La preuve d'une ville de Lemuriens a semblé venir de l'astronome Dr. Edgar Lucian Larkin, ancien directeur du Mount Lowe observatory, qui a écrit au sujet du Mont Shasta dans le "San Francisco Examiner". Un jour, alors qu'il essayé un nouveau télescope, il diriga son objectif vers la base de la montagne. Au lieu de voir les cimes d'arbres qu'il prévoyait, il a remarqué un dôme doré qui semblé être de construction asiatique. Pendant qu'il continuait à surveiller, il vit par la suite deux dômes de plus et puis un bâtiment différent, apparemment fait de marbre. Pendant que le soleil descendait et la nuit tombait, le Dr. Larkin a été choqué de voir le secteur illuminé par une lumière blanche trés lumineuse quoiqu'il n'y ait eu aucune lune évidente cette nuit.

Malheureusement, ces observations n'ont jamais ont été vérifiés et beaucoup croient maintenant que l'histoire toute entière était un canular. Et un manque de preuves concrètes ont arrêtés les randonneurs et les explorateurs intéressés à prospecter dans la montagne.

En 1904, un prospecteur du nom de J.C. Brown a été employé par Lord Cowdray, de la "Mining Company", pour chercher de l'or en sierra Nevada. Dans son deuxième voyage de prospection, Brown a atteri dans un tunnel creusé dans la roche du mont Shasta. Il a suivi le tunnel et est arrivé dans une grande caverne couverte de feuilles de cuivre. Les boucliers en or ornés les murs et il a vu des objets manufacturés et des statues. Des chambres contiguës été remplies de schémas étranges et de hiéroglyphes indéchiffrable. Une autre chambre contenait les os de ce qui a semblé être des géants.

Comme c'est souvent le cas dans ce genre de découvertes, Brown n'a rapporté à personne ce qu'il avait découvert, craignant que ses employeurs lui réclame sa découverte. Au lieu de cela, il a attendu patiemment 30 ans, jusqu'à sa retraite. À ce moment, il a pu raconté son histoire et monté un groupe pour le suivre dans sa recherche l'emplacement du tunnel.

En juin 1934, 80 personnes ont patiemment attendus le jour suivant où Brown devait indiqué l'endroit du tunnel. Mais dans la nuit, il a mystérieusement disparu et n'a jamais été retrouvé. La police de Stockton a étudié l'affaire et est venue à la conclusion que Brown a probablement été enlevée. Sans Brown pour servir de guide, le tunnel et tous ses trésors n'ont jamais été redécouverts.

Les Lemuriens ne sont pas les seuls êtres mystérieux à habiter les pentes du Mont Shasta. Au printemps 1953, l'expédition du pionnier de Siskiyou, Marcelle Masson, a relié une légende des Indiens de Wintun au sujet d'une course de géants féroces habitant les cavernes autour de la montagne. A l'inverse les légendes du “Little People” ; cela auraient été vus autour des formations géologiques étranges connues sous le nom de cercles en pierre de Siskiyou.

Ces derniers temps, le Mont Shasta a été le théatre de nombreuses observations de lumières inexpliquées et d'ovni. Dans “Now I can See!" ; – ; Miracle au Mont Shasta, ” ; Hanna Spitzer relie sa propre rencontre avec une lumière blanche trés lumineuse qui a rapidement glissé sur la route, l'illuminant, “brillant comme la lumière du jour.” ; Le matin suivant, Spitzer s'est réveillée pour constater qu'elle n'avait plus besoin de lunettes, qu'elle portées depuis l'enfance. Sa vue avait été guérie.

Plusieurs des histoires concernant le Mont Shasta semblent trop fantastiques. Pourtant, le volume de rapports semble amener à la conclusion indéniable qu'il y a quelque chose de peu commun dans ce secteur.


Source

<< Page précédente | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Page suivante >>

Créer un podcast